Notre ADN nous écoute

Posted on 12 février 2011

47


Salut les gens.

Voici un document essentiel.
Ci-dessous sous forme de vidéo avec sous-titres français (avec des fautes) et plus bas, la transcription en texte.
Lisez bien. Des scientifiques on démontré que:

  • Les émotions humaines influencent l’ADN
  • L’ADN influence durablement l’organisation de photons, autrement-dit, de particules
  • L’ADN influence ces particules à de grandes distances et instantanément

Gregg Braden nous parle de ces trois expériences différentes réalisées par trois laboratoires différents et indépendants les uns des autres. Il en ressort ce qu’une foule d’illuminés bon à enfermer savent depuis belle lurette, que nos émotions, nos pensées, nos croyances ont un effet sur le monde entier, à chaque instant. C’est-à-dire sur notre corps, nos proches, notre pays, notre environnement et l’univers entier, pendant qu’on y est.
Expériences réalisées en laboratoire, reproductibles, donc scientifiquement valables. Si ces notions ne sont pas couramment répandues, c’est seulement parce que beaucoup refusent de lâcher leur anciennes connaissances au profit de nouvelles, plus proches de ce qui est vraiment. Une fois que cet obstacle sera levé chez le plus grand nombre, le monde évoluera à pas de géant. Le monde n’attend qu’une dynamique favorable, qu’un certain nombre d’individus, le 1% suffisant pour influencer la dynamique actuelle, réalise et mette en pratique cette réalité pour qu’il se lance dans une métamorphose salutaire.
Car le monde tel qu’il est aujourd’hui, et beaucoup de mes congénères humanoïdes le pensent, n’est pas toujours un bel endroit pour vivre, que la souffrance y est trop courante pour que l’ensemble n’y sente pas quelque-chose. Cet état étant le résultat de l’activité humaine, donc de ses pensées, de ses croyances, il peut être modifié en changeant la cause des causes, comme dit Etienne Chouard.

Lisez bien ou écoutez bien. Si vous prenez bien la dimension de ce qui est dit, vous découvrez votre vrai pouvoir d’humain: celui de changer toute chose à chaque instant.

Changer toute chose à chaque instant

Car nous pouvons créer volontairement une émotion en nous. Donc modifier des particules, des cellules,  de la matière. En nous et hors de nous. Enorme à croire? Enorme: peut-être, à croire: sûrement. Mais croire n’est qu’une information à changer, quelque-part dans notre cervelle. Une minuscule information qui ne pèse rien.
Changer une croyance (ce que je crois être vrai, ou réel) ne demande que de changer cette minuscule information. Commencez petit, essayez. Vous n’avez rien à perdre et tout à gagner.

(Vidéo un chouilla différente car la précédente a été supprimée. mais le contenu principal est le même)

Transcription des sous-titres des vidéos de Gregg Braden, ci-dessous. – novembre 2010:

Presque universellement, les textes spirituels anciens et les traditions spirituelles nous disent que dans le monde tout est connecté d’une manière que nous commençons juste à comprendre. Ce champ d’énergie, le champ subtil d’énergie est décrit par la science occidentale comme un réseau ou une toile qui crée ce qu’elle appelle « l’origine de toute création ». Ce champ d’énergie existe depuis le commencement. C’est un champ intelligent, une intelligence qui réagit intensément aux émotions humaines. Nous devons ressentir le sentiment comme si notre prière était déjà réalisée. Et dans ce sentiment, nous parlons aux forces de la Création, permettant au monde de nous répondre; en permettant au champ subtil, à l’hologramme quantique, à l’esprit de Dieu de nous répondre, en accord avec ce que l’on ressent dans son coeur.

La science des miracles
Le langage quantique de la guérison, la paix, les sentiments et les croyances.

Santa-Fé, Nouveau-Mexique: qu’en serait-il si nous découvrions que chaque instant de notre vie fait partie d’un infini dialogue avec l’univers autour de nous? Et si tout ce qui nous arrive dans nos vies: les guérisons de nos corps, la paix dans le monde, jusqu’à nos mariages, nos familles, nos romances, nos divorces,… tout ce que nous considérons comme la vie à chaque instant, chaque jour,… si cela n’était que le reflet de cette intelligence, de ce champ d’énergie que les anciens ont décrit dans leur langage, et que la science occidentale commence à expliquer, dans notre langage, les dernières évidences scientifiques qui prouvent avec précision la façon dont notre monde fonctionne?
Le monde dans son essence n’est que le reflet, ni plus ni moins, de ce que nous sommes à l’intérieur de nous: nos pensées, sentiments, émotions, croyances, prières,.. Le professeur d’université en physique de Princeton, M. John Willer explique précisément ce concept dans un entretien récent: Selon lui, nous vivons dans ce qu’il appelle un « univers participatif« .
Au lieu de considérer l’univers comme étant déjà créé, avec nous en son milieu ayant nos expériences, le Docteur Willer déclare que l’univers est le résultat, le reflet de ce que nous faisons dans nos vies. Nous sommes des petites particules de l’univers qui le regardons et le créons tout au long de notre parcours.
C’est un concept radical, car il affirme que lorsqu’on cherche la plus infime particule dans le monde quantique des atomes, il se peut que nous ne la trouvions jamais. Car à chaque fois que nous regardons, le simple fait d’observer est une conscience: qui place, crée, fabrique quelque chose pour que nous puissions le voir.
Quand on observe l’immense univers en expansion, cherchant les limites de la Création, nous ne les trouverons peut-être jamais, parce que la conscience qui cherche est la force créatrice [qui modifie,] qui met quelque chose en place.

Voilà les dernières évidences scientifiques qui expliquent précisément comment notre monde fonctionne à travers les dernières expériences scientifiques du 20ème siècle. Les anciens étaient à deux doigts de décrire précisément avec leurs propres mots comment notre monde fonctionne. Entre les années 1993 et 2000, une série d’expériences ont eu lieu dans une institution académique crédible qui soutient précisément ce que disaient les anciens. Trois de ces dernières expériences ébranlent totalement les fondements de la vision scientifique sur le fonctionnement du monde, et suggèrent que nous sommes en fait connectés à ce champ d’énergie. L’idée qu’il y ait une essence par laquelle tout est interconnecté n’est pas nouvelle, même dans le monde de la science.

Au 18ème siècle, une révolution spirituelle a parcouru toute la terre. Un grand débat eut lieu sur l’existence ou non de ce « champ éthérique ». En 1887, une expérience fut menée pour tenter de démontrer l’existence de ce champ. Basée sur ces résultats, la science et surtout la physique occidentale ont cru que tout ce qui arrive dans notre monde était non relié, isolé, séparé, indépendant, et que deux événements arrivant simultanément n’étaient que pure coïncidence.

[Image: Interféromètre de Michelson-Morley, expérience pour détecter l’éther (1887)].
Le fameux docteur Michelson-Morlay et son expérience de l’équivalence: Si vous sortiez de votre immeuble, que vous mouilliez votre doigt et le leviez au niveau de votre tête, si vous ne sentiez pas le vent, vous en concluriez que l’air n’existe pas… C’est la théorie de l’équivalence de Michael Summerlay. Alors le chercheur a déduit que si ce champ existe, il devrait bouger. Quand il a cherché ce mouvement, ils n’a rien trouvé. Il a donc conclu que ce champ n’existe pas.
Par conséquent, depuis 1887 jusqu’en 1990, toute la science était basée sur le principe que « ce qui arrive à un endroit n’a aucun rapport avec ce qui arrive à un autre endroit ». A présent, nous savons que cela est faux.
J’aimerais partager avec vous trois expériences qui ébranlent les fondements de la physique occidentale.

La première expérience était menée par un physicien russe Wladimir Popenon en début 1990. Il est venu aux USA finir une série d’expériences. Il a basé ses recherches sur le rapport entre l’ADN humain et ce dont est fait notre monde: les petits paquets d’énergie que nous nommons « photons » (des particules de lumière si vous préférez).
Donc, l’expérience consistait à prendre un tube de verre, le vider complètement de son air pour créer le vide (vacuum). Cependant, nous savons qu’il reste ces petites particules de lumière [des photons qui peuvent être détectés dans le vide]; alors Popenon mesura les particules pour connaître leur emplacement, voir si elles flottaient partout ou si elles s’accumulaient au sol… A ce stade de l’étude, le résultat de l’expérience ne fut pas surprenant, car les particules de lumière, les photons, étaient répartis au hasard, de manière aléatoire, comme il s’y attendait.
La suite de l’expérience devient vraiment intéressante. Il plaça de l’ADN humain dans le tube, et quand il re-mesura les photons, l’ADN humain créa un alignement, un ordonnancement: L’ADN avait un effet direct sur la matière qui constitue notre univers. C’est exactement ce que les anciennes traditions spirituelles disaient. Quelque chose à l’intérieur de nous a une répercussion sur le monde qui nous entoure. L’expérience de Popenon prouva cela pour la première fois, à notre époque, et dans des conditions de laboratoire.

La seconde partie de l’expérience est encore plus intéressante, car lorsqu’il enleva l’ADN du tube, il supposait que les particules se disperseraient à nouveau au hasard, comme elles l’étaient auparavant. Mais ce n’est pas ce qui s’est passé! Malgré l’absence d’ADN dans le tube les photons restèrent alignés, comme si l’ADN était toujours présent. La question est: pourquoi? Qu’est-ce qui crée cette réaction? Rien dans la science occidentale n’explique pourquoi les photons restent dans la position dans laquelle ils étaient quand l’ADN y était, après qu’il soit enlevé. Cette expérience s’appelle « l’expérience de l’ADN fantôme », parce que l’effet marche, que l’ADN soit présent ou non.
Les conclusions sont premièrement: que l’ADN humain communique avec la matière qui constitue notre monde. Les paquets d’énergie qui sont à l’origine de la matière communiquent à travers un champ qui n’a pas été découvert auparavant. Les scientifiques l’appellent le « nouveau champ », d’après moi il a toujours existé, mais nous ne l’avions simplement pas découvert. Alors nous l’appellerons un « champ d’énergie non découvert auparavant ».

La deuxième expérience, fascinante, est une expérience militaire.
Pour résumer, des chercheurs de l’armée prirent de l’ADN humain provenant de l’intérieur de la bouche d’un donneur, un volontaire. Ils le placèrent dans un endroit approprié pour pouvoir mesurer l’interaction entre l’ADN du volontaire qui était dans une pièce de l’immeuble, et le volontaire se trouvant dans une autre pièce de cet immeuble. Donc, l’ADN vivant d’une personne, l’ADN est dans une pièce, le volontaire dans une autre. Ensuite, le volontaire fut soumis à des stimulations émotionnelles qui créèrent des émotions multiples: de joie, tristesse, peur, colère, rage,… Dans le laboratoire de l’immeuble, ils mesurèrent l’ADN, tandis que le volontaire était dans l’autre pièce de l’immeuble. Pourquoi cela se ferait-il? Car dans la physique occidentale, rien ne suggère que l’ADN soit toujours connecté au volontaire.
Pourtant, le résultat des expérience prouva exactement le contraire. Ils constatèrent que lorsque
le volontaire avait ses hauts et ses bas émotionnels dans une pièce, l’ADN reflétait lui aussi ses hauts et ses bas émotionnels dans une autre pièce exactement au même instant. Dans ce genre d’expérience, on pense que l’énergie est transmise d’un point A à un point B. Et si l’énergie vient d’un endroit pour aller à un autre, on présume qu’il s’écoule un laps de temps entre le moment où l’émotion est créée et celui où l’ADN répond. Eh bien, pas du tout! e qui se passe,… et c’est le point clé concernant le pouvoir de la prière; ce qui se passe dans ces expériences est que les effets sont simultanés, instantanés. A l’instant même où le volontaire vivait une émotion l’ADN réagissait déjà, comme s’il n’y avait aucun temps de transition entre les deux. Au début de ces expériences, la distance séparant les pièces était de 15 mètres. Les expériences suivantes furent réalisées avec une distance de plusieurs centaines de kilomètres entre le donneur et l’ADN. J’ai eu l’opportunité de rencontrer l’organisateur de l’une de ces expériences, le docteur Cleve Baxter. Il partagea avec moi l’une des expériences qu’il organisa où le donneur se trouvait à Los Angeles tandis que l’ADN était à Phoenix dans l’Arizona, soit une distance de plus de 600 km. Les résultats furent exactement identiques. Qu’ils soient dans le même immeuble ou éloignés par 600 km, l’effet est instantané.
Cela ouvre les portes à de multiples possibilités concernant la question l’ADN qui reste connectée au donneur. Ce que l’on en déduit est que nous communiquons avec l’ADN à travers nos émotions; et que l’ADN soit dans notre corps ou séparée par une distance de plusieurs kilomètres l’effet est le même. Nous l’appelons une « énergie non locale », cela veut dire qu’elle est partout et tout le temps; parce que l’énergie n’a pas à voyager du point A au point B.

La troisième expérience fut aussi conduite dans les années 1990 par l’institut Heartmath (MathCoeur), un pionnier dans la recherche, basé dans le nord de la Californie. Il explore les fonctions du coeur humain autres que juste celles se limitant à pomper le sang dans notre coeur.
Même si c’est précisément ce qu’il fait, c’est peut-être la moindre de ses fonctions. Cet institut a découvert que notre coeur possède le plus grand champ électromagnétique de notre corps. Et le champ électromagnétique créé par notre coeur produit des effets bien au-delà de notre corps. L’institut Heartmath avait découvert auparavant qu’il existe autour de chaque coeur humain un champ d’énergie de la forme d’un tube, ou plutôt un tore, d’une taille de 1 à 3 mètres autour du coeur humain.
La question est: dans ce champ déjà découvert, pourrait-il y avoir une autre forme d’énergie qui soit transportée par ce champ au-delà de notre corps? L’institut a donc entrepris une expérience pour tester précisément cette théorie. Sans surprise, les chercheurs prirent de l’ADN humain. Ils l’isolèrent et demandèrent à des gens qui étaient entraînés à ressentir ce que l’on appelle des émotions humaines cohérentes, des émotions très claires d’amour, appréciation, compassion ou au contraire de colère, rage, haine,… afin d’obtenir ces émotions à la demande. Et quand les personnes entraînées à ressentir ces émotions le faisaient, ils mesurèrent la manière dont réagissait l’ADN.
Voilà ce qu’ils découvrirent en présence d’amour, compassion, gratitude, de pardon,.. l’ADN devint complètement détendu. Et ce que nous savons d’autres expériences, c’est que cet état détendu de l’ADN augmente nos défenses immunitaires. Quand on demande aux chercheurs comment les émotions d’amour et de compassion renforcent nos défenses immunitaires, ils commencent par nous expliquer pourquoi l’ADN est détendu, et en fait permet à certaines parties, ou interrupteurs si vous préférez, de s’allumer; et le contraire est aussi vrai: en présence de colère, rage, haine, jalousie, frustration,… l’ADN se compresse comme un ressort. Cela coupe ces interrupteurs qui sont des réponses du système immunitaire. Intuitivement, nous le savons. Nous savons que quand les gens vivent dans un état de jalousie, de colère ou de rage,… cela stresse, crispe des parties de notre corps. Et au contraire, l’amour, la compassion, le pardon, toutes ces émotions positives l’améliorent. Peut-être que pour la première fois toutes ces expériences nous aident à comprendre pourquoi. C’est l’effet des émotions humaines sur la forme de l’ADN dans notre corps.

Ce que ces expériences montrent, et ce que les laboratoires publient dans les journaux, c’est que: des émotions très précises ont le pouvoir de changer la forme de l’ADN dans notre corps. C’est absolument incroyable à dire. Car cela signifie que quand on décide de créer des émotions très précises à l’intérieur de notre corps, nous avons en fait le pouvoir de changer le fonctionnement de l’ADN dans notre corps. Et ça, c’est le début d’une technique intérieure; peutêtre une très ancienne technique qui était décrite dans une ancienne langue, et que nous commençons seulement à comprendre.
Chacune de ces trois expériences était intéressante individuellement. Certains chercheurs n’étaient pas au courant des autres expériences conduites par les autres laboratoires. Ces expériences sont représentatives, or d’autres expériences furent conduites dans le même état d’esprit et donnèrent le même genre de résultats. Mais quand on les réunit toutes, au lieu d’être des expériences intéressantes et isolées, elles racontent une histoire.
Et voilà ce que dit cette histoire:

  • La première expérience, celle de Wladimir Popenon, prouve que l’ADN dans notre corps a une influence directe sur notre monde, sur la matière physique dont est fait notre monde, sur le plan énergétique.
  • La dernière expérience montre que les émotions humaines ont la capacité de changer l’ADN qui influence lui-même le monde autour de nous.
  • Dans la deuxième expérience, celle conduite par l’armée US, que l’on soit dans le même immeuble ou à une distance de 600 km, indépendamment de la distance l’effet est le même, nous ne sommes pas soumis à l’espace et au temps.

Donc, concrètement, les résultats de ces expériences disent précisément que: vous et moi avons un pouvoir à l’intérieur de nous-même, qui n’est pas soumis aux lois de la physique telles que nous les comprenons aujourd’hui. Quelque chose en nous est directement connecté aux émotions de notre corps. Les pensées, les sentiments, les prières et nos croyances, transcendent les limites du temps et de l’espace, tels que nous les comprenons actuellement.

Gregg Braden