Notre ADN nous écoute

Salut les gens.

Voici un document essentiel.
Ci-dessous sous forme de vidéo avec sous-titres français (avec des fautes) et plus bas, la transcription en texte.
Lisez bien. Des scientifiques on démontré que:

  • Les émotions humaines influencent l’ADN
  • L’ADN influence durablement l’organisation de photons, autrement-dit, de particules
  • L’ADN influence ces particules à de grandes distances et instantanément

Gregg Braden nous parle de ces trois expériences différentes réalisées par trois laboratoires différents et indépendants les uns des autres. Il en ressort ce qu’une foule d’illuminés bon à enfermer savent depuis belle lurette, que nos émotions, nos pensées, nos croyances ont un effet sur le monde entier, à chaque instant. C’est-à-dire sur notre corps, nos proches, notre pays, notre environnement et l’univers entier, pendant qu’on y est.
Expériences réalisées en laboratoire, reproductibles, donc scientifiquement valables. Si ces notions ne sont pas couramment répandues, c’est seulement parce que beaucoup refusent de lâcher leur anciennes connaissances au profit de nouvelles, plus proches de ce qui est vraiment. Une fois que cet obstacle sera levé chez le plus grand nombre, le monde évoluera à pas de géant. Le monde n’attend qu’une dynamique favorable, qu’un certain nombre d’individus, le 1% suffisant pour influencer la dynamique actuelle, réalise et mette en pratique cette réalité pour qu’il se lance dans une métamorphose salutaire.
Car le monde tel qu’il est aujourd’hui, et beaucoup de mes congénères humanoïdes le pensent, n’est pas toujours un bel endroit pour vivre, que la souffrance y est trop courante pour que l’ensemble n’y sente pas quelque-chose. Cet état étant le résultat de l’activité humaine, donc de ses pensées, de ses croyances, il peut être modifié en changeant la cause des causes, comme dit Etienne Chouard.

Lisez bien ou écoutez bien. Si vous prenez bien la dimension de ce qui est dit, vous découvrez votre vrai pouvoir d’humain: celui de changer toute chose à chaque instant.

Changer toute chose à chaque instant

Car nous pouvons créer volontairement une émotion en nous. Donc modifier des particules, des cellules,  de la matière. En nous et hors de nous. Enorme à croire? Enorme: peut-être, à croire: sûrement. Mais croire n’est qu’une information à changer, quelque-part dans notre cervelle. Une minuscule information qui ne pèse rien.
Changer une croyance (ce que je crois être vrai, ou réel) ne demande que de changer cette minuscule information. Commencez petit, essayez. Vous n’avez rien à perdre et tout à gagner.

(Vidéo un chouilla différente car la précédente a été supprimée. mais le contenu principal est le même)

Transcription des sous-titres des vidéos de Gregg Braden, ci-dessous. – novembre 2010:

Presque universellement, les textes spirituels anciens et les traditions spirituelles nous disent que dans le monde tout est connecté d’une manière que nous commençons juste à comprendre. Ce champ d’énergie, le champ subtil d’énergie est décrit par la science occidentale comme un réseau ou une toile qui crée ce qu’elle appelle « l’origine de toute création ». Ce champ d’énergie existe depuis le commencement. C’est un champ intelligent, une intelligence qui réagit intensément aux émotions humaines. Nous devons ressentir le sentiment comme si notre prière était déjà réalisée. Et dans ce sentiment, nous parlons aux forces de la Création, permettant au monde de nous répondre; en permettant au champ subtil, à l’hologramme quantique, à l’esprit de Dieu de nous répondre, en accord avec ce que l’on ressent dans son coeur.

La science des miracles
Le langage quantique de la guérison, la paix, les sentiments et les croyances.

Santa-Fé, Nouveau-Mexique: qu’en serait-il si nous découvrions que chaque instant de notre vie fait partie d’un infini dialogue avec l’univers autour de nous? Et si tout ce qui nous arrive dans nos vies: les guérisons de nos corps, la paix dans le monde, jusqu’à nos mariages, nos familles, nos romances, nos divorces,… tout ce que nous considérons comme la vie à chaque instant, chaque jour,… si cela n’était que le reflet de cette intelligence, de ce champ d’énergie que les anciens ont décrit dans leur langage, et que la science occidentale commence à expliquer, dans notre langage, les dernières évidences scientifiques qui prouvent avec précision la façon dont notre monde fonctionne?
Le monde dans son essence n’est que le reflet, ni plus ni moins, de ce que nous sommes à l’intérieur de nous: nos pensées, sentiments, émotions, croyances, prières,.. Le professeur d’université en physique de Princeton, M. John Willer explique précisément ce concept dans un entretien récent: Selon lui, nous vivons dans ce qu’il appelle un « univers participatif« .
Au lieu de considérer l’univers comme étant déjà créé, avec nous en son milieu ayant nos expériences, le Docteur Willer déclare que l’univers est le résultat, le reflet de ce que nous faisons dans nos vies. Nous sommes des petites particules de l’univers qui le regardons et le créons tout au long de notre parcours.
C’est un concept radical, car il affirme que lorsqu’on cherche la plus infime particule dans le monde quantique des atomes, il se peut que nous ne la trouvions jamais. Car à chaque fois que nous regardons, le simple fait d’observer est une conscience: qui place, crée, fabrique quelque chose pour que nous puissions le voir.
Quand on observe l’immense univers en expansion, cherchant les limites de la Création, nous ne les trouverons peut-être jamais, parce que la conscience qui cherche est la force créatrice [qui modifie,] qui met quelque chose en place.

Voilà les dernières évidences scientifiques qui expliquent précisément comment notre monde fonctionne à travers les dernières expériences scientifiques du 20ème siècle. Les anciens étaient à deux doigts de décrire précisément avec leurs propres mots comment notre monde fonctionne. Entre les années 1993 et 2000, une série d’expériences ont eu lieu dans une institution académique crédible qui soutient précisément ce que disaient les anciens. Trois de ces dernières expériences ébranlent totalement les fondements de la vision scientifique sur le fonctionnement du monde, et suggèrent que nous sommes en fait connectés à ce champ d’énergie. L’idée qu’il y ait une essence par laquelle tout est interconnecté n’est pas nouvelle, même dans le monde de la science.

Au 18ème siècle, une révolution spirituelle a parcouru toute la terre. Un grand débat eut lieu sur l’existence ou non de ce « champ éthérique ». En 1887, une expérience fut menée pour tenter de démontrer l’existence de ce champ. Basée sur ces résultats, la science et surtout la physique occidentale ont cru que tout ce qui arrive dans notre monde était non relié, isolé, séparé, indépendant, et que deux événements arrivant simultanément n’étaient que pure coïncidence.

[Image: Interféromètre de Michelson-Morley, expérience pour détecter l’éther (1887)].
Le fameux docteur Michelson-Morlay et son expérience de l’équivalence: Si vous sortiez de votre immeuble, que vous mouilliez votre doigt et le leviez au niveau de votre tête, si vous ne sentiez pas le vent, vous en concluriez que l’air n’existe pas… C’est la théorie de l’équivalence de Michael Summerlay. Alors le chercheur a déduit que si ce champ existe, il devrait bouger. Quand il a cherché ce mouvement, ils n’a rien trouvé. Il a donc conclu que ce champ n’existe pas.
Par conséquent, depuis 1887 jusqu’en 1990, toute la science était basée sur le principe que « ce qui arrive à un endroit n’a aucun rapport avec ce qui arrive à un autre endroit ». A présent, nous savons que cela est faux.
J’aimerais partager avec vous trois expériences qui ébranlent les fondements de la physique occidentale.

La première expérience était menée par un physicien russe Wladimir Popenon en début 1990. Il est venu aux USA finir une série d’expériences. Il a basé ses recherches sur le rapport entre l’ADN humain et ce dont est fait notre monde: les petits paquets d’énergie que nous nommons « photons » (des particules de lumière si vous préférez).
Donc, l’expérience consistait à prendre un tube de verre, le vider complètement de son air pour créer le vide (vacuum). Cependant, nous savons qu’il reste ces petites particules de lumière [des photons qui peuvent être détectés dans le vide]; alors Popenon mesura les particules pour connaître leur emplacement, voir si elles flottaient partout ou si elles s’accumulaient au sol… A ce stade de l’étude, le résultat de l’expérience ne fut pas surprenant, car les particules de lumière, les photons, étaient répartis au hasard, de manière aléatoire, comme il s’y attendait.
La suite de l’expérience devient vraiment intéressante. Il plaça de l’ADN humain dans le tube, et quand il re-mesura les photons, l’ADN humain créa un alignement, un ordonnancement: L’ADN avait un effet direct sur la matière qui constitue notre univers. C’est exactement ce que les anciennes traditions spirituelles disaient. Quelque chose à l’intérieur de nous a une répercussion sur le monde qui nous entoure. L’expérience de Popenon prouva cela pour la première fois, à notre époque, et dans des conditions de laboratoire.

La seconde partie de l’expérience est encore plus intéressante, car lorsqu’il enleva l’ADN du tube, il supposait que les particules se disperseraient à nouveau au hasard, comme elles l’étaient auparavant. Mais ce n’est pas ce qui s’est passé! Malgré l’absence d’ADN dans le tube les photons restèrent alignés, comme si l’ADN était toujours présent. La question est: pourquoi? Qu’est-ce qui crée cette réaction? Rien dans la science occidentale n’explique pourquoi les photons restent dans la position dans laquelle ils étaient quand l’ADN y était, après qu’il soit enlevé. Cette expérience s’appelle « l’expérience de l’ADN fantôme », parce que l’effet marche, que l’ADN soit présent ou non.
Les conclusions sont premièrement: que l’ADN humain communique avec la matière qui constitue notre monde. Les paquets d’énergie qui sont à l’origine de la matière communiquent à travers un champ qui n’a pas été découvert auparavant. Les scientifiques l’appellent le « nouveau champ », d’après moi il a toujours existé, mais nous ne l’avions simplement pas découvert. Alors nous l’appellerons un « champ d’énergie non découvert auparavant ».

La deuxième expérience, fascinante, est une expérience militaire.
Pour résumer, des chercheurs de l’armée prirent de l’ADN humain provenant de l’intérieur de la bouche d’un donneur, un volontaire. Ils le placèrent dans un endroit approprié pour pouvoir mesurer l’interaction entre l’ADN du volontaire qui était dans une pièce de l’immeuble, et le volontaire se trouvant dans une autre pièce de cet immeuble. Donc, l’ADN vivant d’une personne, l’ADN est dans une pièce, le volontaire dans une autre. Ensuite, le volontaire fut soumis à des stimulations émotionnelles qui créèrent des émotions multiples: de joie, tristesse, peur, colère, rage,… Dans le laboratoire de l’immeuble, ils mesurèrent l’ADN, tandis que le volontaire était dans l’autre pièce de l’immeuble. Pourquoi cela se ferait-il? Car dans la physique occidentale, rien ne suggère que l’ADN soit toujours connecté au volontaire.
Pourtant, le résultat des expérience prouva exactement le contraire. Ils constatèrent que lorsque
le volontaire avait ses hauts et ses bas émotionnels dans une pièce, l’ADN reflétait lui aussi ses hauts et ses bas émotionnels dans une autre pièce exactement au même instant. Dans ce genre d’expérience, on pense que l’énergie est transmise d’un point A à un point B. Et si l’énergie vient d’un endroit pour aller à un autre, on présume qu’il s’écoule un laps de temps entre le moment où l’émotion est créée et celui où l’ADN répond. Eh bien, pas du tout! e qui se passe,… et c’est le point clé concernant le pouvoir de la prière; ce qui se passe dans ces expériences est que les effets sont simultanés, instantanés. A l’instant même où le volontaire vivait une émotion l’ADN réagissait déjà, comme s’il n’y avait aucun temps de transition entre les deux. Au début de ces expériences, la distance séparant les pièces était de 15 mètres. Les expériences suivantes furent réalisées avec une distance de plusieurs centaines de kilomètres entre le donneur et l’ADN. J’ai eu l’opportunité de rencontrer l’organisateur de l’une de ces expériences, le docteur Cleve Baxter. Il partagea avec moi l’une des expériences qu’il organisa où le donneur se trouvait à Los Angeles tandis que l’ADN était à Phoenix dans l’Arizona, soit une distance de plus de 600 km. Les résultats furent exactement identiques. Qu’ils soient dans le même immeuble ou éloignés par 600 km, l’effet est instantané.
Cela ouvre les portes à de multiples possibilités concernant la question l’ADN qui reste connectée au donneur. Ce que l’on en déduit est que nous communiquons avec l’ADN à travers nos émotions; et que l’ADN soit dans notre corps ou séparée par une distance de plusieurs kilomètres l’effet est le même. Nous l’appelons une « énergie non locale », cela veut dire qu’elle est partout et tout le temps; parce que l’énergie n’a pas à voyager du point A au point B.

La troisième expérience fut aussi conduite dans les années 1990 par l’institut Heartmath (MathCoeur), un pionnier dans la recherche, basé dans le nord de la Californie. Il explore les fonctions du coeur humain autres que juste celles se limitant à pomper le sang dans notre coeur.
Même si c’est précisément ce qu’il fait, c’est peut-être la moindre de ses fonctions. Cet institut a découvert que notre coeur possède le plus grand champ électromagnétique de notre corps. Et le champ électromagnétique créé par notre coeur produit des effets bien au-delà de notre corps. L’institut Heartmath avait découvert auparavant qu’il existe autour de chaque coeur humain un champ d’énergie de la forme d’un tube, ou plutôt un tore, d’une taille de 1 à 3 mètres autour du coeur humain.
La question est: dans ce champ déjà découvert, pourrait-il y avoir une autre forme d’énergie qui soit transportée par ce champ au-delà de notre corps? L’institut a donc entrepris une expérience pour tester précisément cette théorie. Sans surprise, les chercheurs prirent de l’ADN humain. Ils l’isolèrent et demandèrent à des gens qui étaient entraînés à ressentir ce que l’on appelle des émotions humaines cohérentes, des émotions très claires d’amour, appréciation, compassion ou au contraire de colère, rage, haine,… afin d’obtenir ces émotions à la demande. Et quand les personnes entraînées à ressentir ces émotions le faisaient, ils mesurèrent la manière dont réagissait l’ADN.
Voilà ce qu’ils découvrirent en présence d’amour, compassion, gratitude, de pardon,.. l’ADN devint complètement détendu. Et ce que nous savons d’autres expériences, c’est que cet état détendu de l’ADN augmente nos défenses immunitaires. Quand on demande aux chercheurs comment les émotions d’amour et de compassion renforcent nos défenses immunitaires, ils commencent par nous expliquer pourquoi l’ADN est détendu, et en fait permet à certaines parties, ou interrupteurs si vous préférez, de s’allumer; et le contraire est aussi vrai: en présence de colère, rage, haine, jalousie, frustration,… l’ADN se compresse comme un ressort. Cela coupe ces interrupteurs qui sont des réponses du système immunitaire. Intuitivement, nous le savons. Nous savons que quand les gens vivent dans un état de jalousie, de colère ou de rage,… cela stresse, crispe des parties de notre corps. Et au contraire, l’amour, la compassion, le pardon, toutes ces émotions positives l’améliorent. Peut-être que pour la première fois toutes ces expériences nous aident à comprendre pourquoi. C’est l’effet des émotions humaines sur la forme de l’ADN dans notre corps.

Ce que ces expériences montrent, et ce que les laboratoires publient dans les journaux, c’est que: des émotions très précises ont le pouvoir de changer la forme de l’ADN dans notre corps. C’est absolument incroyable à dire. Car cela signifie que quand on décide de créer des émotions très précises à l’intérieur de notre corps, nous avons en fait le pouvoir de changer le fonctionnement de l’ADN dans notre corps. Et ça, c’est le début d’une technique intérieure; peutêtre une très ancienne technique qui était décrite dans une ancienne langue, et que nous commençons seulement à comprendre.
Chacune de ces trois expériences était intéressante individuellement. Certains chercheurs n’étaient pas au courant des autres expériences conduites par les autres laboratoires. Ces expériences sont représentatives, or d’autres expériences furent conduites dans le même état d’esprit et donnèrent le même genre de résultats. Mais quand on les réunit toutes, au lieu d’être des expériences intéressantes et isolées, elles racontent une histoire.
Et voilà ce que dit cette histoire:

  • La première expérience, celle de Wladimir Popenon, prouve que l’ADN dans notre corps a une influence directe sur notre monde, sur la matière physique dont est fait notre monde, sur le plan énergétique.
  • La dernière expérience montre que les émotions humaines ont la capacité de changer l’ADN qui influence lui-même le monde autour de nous.
  • Dans la deuxième expérience, celle conduite par l’armée US, que l’on soit dans le même immeuble ou à une distance de 600 km, indépendamment de la distance l’effet est le même, nous ne sommes pas soumis à l’espace et au temps.

Donc, concrètement, les résultats de ces expériences disent précisément que: vous et moi avons un pouvoir à l’intérieur de nous-même, qui n’est pas soumis aux lois de la physique telles que nous les comprenons aujourd’hui. Quelque chose en nous est directement connecté aux émotions de notre corps. Les pensées, les sentiments, les prières et nos croyances, transcendent les limites du temps et de l’espace, tels que nous les comprenons actuellement.

Gregg Braden

Publicités

50 réflexions sur “Notre ADN nous écoute

  1. Bonjour
    Avez-vous des références de ces affirmations ?

    Expérience 1
    Comment mesurer la position de photons toujours en mouvement (à la vitesse de la lumière) dans un tube ?
    Comment des photons toujours en mouvement peuvent t’il s’aligner dans un tube ?

    Expérience 2
    C’est quoi mesurer l’ADN ? Quelle longueur de brin ?
    L’ADN est une suite de lettre. Il y a donc un séquenceur ?

    Expérience 3
    « l’ADN se compresse comme un ressort » comment voir cette compression
    Un tour du d’ADN fait quelques nanomètres => cela ne se voit pas à l’oeil nu ni au microscope optique !

    Où trouve t’on la documentation de première main ?

  2. Charles ce sont des questions toutes très intéressantes. La manière dont tu les formules montrent ton niveau de connaissance dans ces domaines donc j’espère que la documentation que tu auras cherché sur le net pourra satisfaire ta curiosité surtout ta compréhension. Pour ce faire, je te donne une piste à creuser, puisque le français co-découvreur du virus VIH (Dr montagnier, institut pasteur) a repris l’une de ces expériences en allant encore plus loin….le résultat est encore plus saisissant. Et tu pourras trouver tout son rapport qui répondront à toutes tes questions dans celui-ci. Je te souhaite une bonne recherche. (Je te donne une piste tout de même… : site alain boudet). Bonne continuation.

  3. La question qui me vient à l’esprit.. si on considère l’expérience numéro 2.. cela implique qu’une personne qui fait un don de sang ou un don d’organe aurait la faculté par la suite d’influencer les émotions du receveur… Qu’en pensez-vous?

    1. – Cela me semble possible, mais je ne suis pas un spécialiste. Jacqueline Bousquet en parle dans une de ses conférences. Elle cite le cas d’un prêtre qui s’en vu recevoir le cœur d’un motard. Après l’opération, il raconte qu’il se découvre une libido jusque-là inconnue et qu’il rève de gros cubes… C’est assez drôle raconté comme ça. Mais dans ce cas il s’agit du cœur, organe essentiel autant niveau matière que non-matière. Pour un autre organe, possible, pour le sang, aussi. Le sang c’est la vie.
      – Autre exemple: remarquez comme on est attaché à son /sa compagne/gnon. Il y a échange d’ADN, que l’on porte en soi. L’un vit une émotion, l’autre le ressent immédiatement.

    2. Josée pour continuer sur la lancée de E10, j’ai lu quelques travaux fait par plusieurs personnes ou groupes, à propos de l’enregistrement d’informations liée aux « gouts et couleurs » des gens. Joseph milton Pearce dans « magical child » raconte entre autre que la période suivant l’accouchement durant laquelle le nourrisson est portée à hauteur du cœur de la mère permet la synchronisation d’informations entre la maman et le bébé lui léguant ainsi en partie un potentiel de préférence lié aux gouts et couleurs. Une entreprise américaine, a mis en avant ce champ émanant du cœur et recueille des informations dessus. Il va donc de soi, qu’une transplantation cardiaque pourrait engendrer un transfert d’information des « préférences » sur le receveur. Ce qui se retrouve factuellement ensuite chez les compte rendu post opératoire où les receveurs indiquent des changements d’habitudes liées à leurs préférences.

  4. Je ne sais pas vraiment quoi penser des vidéos ci-dessus, en dehors du fait que la traduction est par moment TRES défecteuse et que la grammaire et l’orthographe des sous-titre fait VRAIMENT saigner les yeux et, selon la théorie ici défendue, comprime mon ADN en raison de la rage que cela provoque de voir la langue ainsi massacrée. Un effeort s’il vous plait.

  5. Le sous-titrage est bourré de fautes d’ortographe et denote le manque de professionalisme de ce travail et me laisse sceptique quand à la rigueur du processus de recherché por en arriver à de tells conclusions, c’est à mon avis une autre façon de jouer à Dieu et de limiter son omniscience.

    1. Libre à vous de considérer Dieu comme une être extérieur à vous mais essayez de ne pas juger les autres en fonction de la différence entre leurs croyances et les vôtres. En creusant un peu, je suis sûr que l’on serait sur la même longueur d’onde.
      Et quand on veut dénoncer des fautes d’orthographe, la moindre des choses est de soigner la sienne…

  6. Le « fameux physicien » Michael Summerlay… N’a jamais existé. Déformation phonétique plaisante de Michelson-Morlay, qui donne une idée du sérieux de l’article. Continuez comme ça, on a besoin de rire les temps sont durs.

    1. Merci, faute corrigée dans l’article.
      Je ne pense pas qu’une faute de frappe même grossière (phonétique, comme vous l’avez bien comprit) soit significative au point de réduire l’importance des propos reportés.
      Bonne mesure en toute chose.
      Et selon wikipédia, c’est bien Morley, avec un e et non pas a comme vous l’écrivez.
      Vu l’explosion du nombre le clics enregistrés sur mes statistiques, les lecteurs ne sont pas distraits par un nom mal écrit. L’important est le fond, pas la forme. Mais libre à vous de vous focaliser sur ce qui vous paraît important.

    2. Joel, Reponse d’une personne qui a clairement lu les sous titres sans ecouter la video. La personne qui parle a clairement dit Michelson Morlay. Le probleme est ds le sous titrage qui est tout a fait independant de la video. Alors les gens qui disent que les fautes d’orthographe les rend sceptique quand a la valeur de la video est plus encore du travail de recherche…je rigole !

  7. Bonjour à tous. Je voudrais juste vous dire que la lecture de cet article m’a renvoyé à certains concepts douddhistes que j’ai étudié et surtout accepté parce que ils ont fait sens en moi. certes, il faut accepter de « lacher prise » et d’ouvrir sa conscience à une façon radicale de penser « l’univers ». Je n’ai aucune certitude, mais imaginer que j’ai une responsabilité dépassant mon cadre familial et professionnel, a complètement changé ma perception du monde et , chaque jour, m’aide à rectifier mon attitude.

    1. Bien vu. Je connais mal le bouddhisme, donc merci pour cette remarque.
      Si on est très honnête avec soi-même, on doit avouer que l’on ne sait jamais tout et que l’on n’est sûr de rien. Donc tout ce que l’on peut faire, c’est de se laisser porter là où l’on sent que l’on doit aller. Quand on a en tête que nous avons en chacun de nous la possibilité de se changer soi-même, cela nous permet de se changer, et surtout cela change notre façon de voir le monde. Car cette idée de responsabilité personnelle sur soi et ce qui nous entoure renverse les vieux systèmes de croyance (identification à ses émotions, jugements moraux, etc…) et nous offre à utiliser notre vraie puissance. Nous sommes des êtres vivants dont la fonction première est d’entretenir la Vie. Ceci inclut soi-même, son entourage et le monde entier. Imaginer une « matrice » comme l’appelle Bradden, sur laquelle tout est tissé forme une image presque concrète dans notre tête, cette idée que « nous sommes tous reliés ». Idée vaporeuse quand elle reste une idée. Mais grâce à ces expériences, notre mental rationnel trouve un appui pour se libérer de lui-même en quelque sorte.

  8. Le message de cette vidéo est révolutionnaire si il est vrai, ça expliquerai enfin de manière simple et scientifique le pouvoir de nos émotions et notre responsabilité quant à les maîtriser. Il y en a moult des livres « new age » proposant des techniques pour rendre la vie meilleure, mais c’est toujours pareil à savoir de belles visualisations « d’amour » de « lumière » de « pardon »… Bon j’ai 28 ans et j’écoute Iron Maiden et le langage un peu à l’eau de rose (désolé du terme) ça manque toujours de concret. C’est un peu dur ce que je dis mais c’est pour bien comprendre l’importance de ce qui est dit par Gregg Braden, si ce qu’il dit est exact et j’en doute pas, c’est l’explication que recherche la plupart des sceptiques voir tous pour être convaincu sur l’importance de maîtriser ses émotions.
    Alors il en serait dommage de n’y retenir que les fautes d’orthographe de la traduction. Et sachant que c’est précisé en en-tête puis traduit correctement ensuite il en devient même inutile de rappeler ce fait en commentaire. Désolé si on me trouve dur mais je préfère lire des commentaires ouvrant le débat sur ces expériences que lire « c’est plein de fautes », car comme dirait Manuel Valls : »Quand même… Merde quoi! » Pensez à l’importance du contenu de la vidéo, ça changerait littéralement notre civilisation en déclin à l’état « d’âge d’Or », j’exagère? Imaginez qu’on dise ça sur tous les 20h et qu’on inculque cette règle toute simple à nos enfants? On ne risque rien à essayer, dans le pire des cas ça ne change rien car pour le moment le monde vibre en majorité dans la peur, mais dans le meilleur… on pourra peut être parler d’ascension collective qui sait?

    1. Merci pour ce commentaire.
      – J’écoute aussi Iron Maiden, moins qu’avant il est vrai. Morceaux avec d’excellents textes, il faut le dire.
      – Je comprends et acquiesce totalement à ta remarque « eau de rose ». Quand on veut expliquer aux gens l’importance d’être positif et toutes ces idées « new age« , on reste souvent dans les concepts vaporeux qui parlent à notre idéalisme mais que l’on n’arrive pas toujours à concrétiser. J’ai écrit un article sur le theta-healing, qui est une technique parmi d’autres. Réçemment, j’ai pratiqué l’auto-hypnose, qui a l’avantage de la simplicité. Mais ce ne sont que des techniques.
      – Je pense qu’instinctivement, on peut si on le souhaite et si on en fait l’effort, s’arrêter de penser, s’arrêter d’être en colère (ou autres émotion), et de commencer à s’observer en se disant: « Mais d’où vient cette émotion? » Est-elle adaptée à la situation qui l’a créée? Ou cette émotion est-elle une manifestation (une matérialisation) d’une entrave personnelle? Un truc en moi pas digéré, pas exprimé, qui s’est transformé en nœud qui tord mes perceptions? S’observer, c’est stopper tout processus mental qui nous empêche de voir clairement la réalité du moment. Cela nous fait sortir de notre prison de croyances et nous voir « de l’extérieur », nous voir de plus haut. Eckhart Tolle en parle très bien dans son livre « Le Pouvoir du Moment Présent », livre essentiel tellement il est simple et concret, justement.
      – Et oui, si les médias arrêtaient de croire que seul le drame peut mobiliser l’audience, on diffuserait des informations qui engendreraient du positif, au lieu d’entretenir la peur.

      1. C’est plaisant de lire tout vos commentaires :)
        Je vais ajouter quelques informations allant dans cette continuité en espérant qu’elles vous apportent des rayons de lumière. Les émotions sont des informations liés à nos besoins. Quand ce sont des émotions « positives », nous y prêtons pas trop d’importance car le plaisir suffit à ce qu’on veuille réitérer l’expérience. Lorsqu’elles sont « négatives » elles nous indiquent qu’un besoin n’est pas rempli, qu’il y a une carence quelques part. Il ne sert à rien de réagir avec pouvoir afin de la contrôler car cette émotion négative fait systématiquement référence à une expérience de notre vie qui nous rappelle quelque chose de douloureux : une souffrance. En général celles-ci se situe durant notre première période de l’enfance ( 0 à 3 ans pour les psychologues les plus radicaux et 0 à 7 ans pour les plus laxistes). Évidemment, au delà de cet âge, nous pouvons vivre des expériences traumatiques qui s’ajouteront à sous pool en réserve. Mais principalement, au delà de ces âges, nous ne faisons que revivre ces expériences infantiles qui nous ont fait souffrir. Comment s’en extirper ? Comment faire pour qu’une situation qui nous mets dans une colère monstre devienne une émotion de bien moindre intensité, quelque chose de plus gérable ? Aujourd’hui, il existe de nombreuses techniques à visées thérapeutiques qui ont pour but de cicatriser ces blessures inconscientes. Le faire seul représente un leurre puisqu’il revient à étouffer ses émotions, mettre une chape de plomb autour de cette cocotte minute qui peut avoir l’avantage de fonctionner mais l’inconvénient majeur est que les émotions représentent des énergies très puissantes qui causent des dégâts physiques énormes si elles sont contenues : donc vigilance !
        Après avoir tester ces techniques, je peux dire qu’elles sont efficaces pour ma part, et qu’après avoir compris ce qui se rejouait dans mon histoire, et évacuer les émotions en rapport avec ces expériences je me sens mieux. Les situations qui me provoquaient des émotions intenses deviennent tout à coup plus gérable voir dans certains cas, l’émotion est très faible. Le changement à donc lieu directement dans le corps inconscient et donc la signature énergétique dégagée est bien plus apaisé comparativement à quelqu’un qui masquerait ses émotions donc en apparence, elle aurait l’air normal alors que son inconscient émane des signatures de très forte amplitude car sa cocotte minute bouillonne. Je me répète, mais l’utilisation du mental/intellect est un leurre puisque ça n’agit pas sur la cocotte minute en elle-même, alors que les techniques agissent directement sur le système limbique donc elles agissent sur les causes.

      2. Merci. Bien des points intéressants.
        – Prendre soin de soi n’est pas facile mais n’est pas un leurre à mon avis, car nous sommes seuls à réellement savoir ce qui se passe en nous. Mais il est clair que demander de l’aide est parfois nécessaire, et même fait partie du processus de guérison, nous posant dans une attitude d’humilité.
        – Une règle que j’ai souvent retrouvé dans mon cheminement est qu’une information doit se manifester, se matérialiser d’une façon ou d’une autre. Jacqueline Bousquet en parle, se référant à la Cabale, procédé de structuration de l’énergie, comme elle dit. Je ne suis pas un grand fan de Cabale, mais ce principe de manifestation a souvent réglé un problème. Aller chercher en soi ce qui n’a pas été exprimé, ensuite l’exprimer dénoue ce qui est resté enfoui.

      3.  » S’observer, c’est stopper tout processus mental qui nous empêche de voir clairement la réalité du moment. » Pour quelqu’un qui dit « mal connaître le Bouddhisme », vous faite une description de sa technique plutôt très juste…;)

    2. Au 20h ?!? Mais pauvre malheureux, si les gens « savaient » que la réponse est à chercher à l’intérieur, ils n’iraient plus au supermarché !!! Les tireurs de ficelles ne le savent que trop bien… Et non, tu n’exagères pas : le changement peut réellement survenir en 1 ou 2 générations, d’où l’application à lobotomiser les enfants dès leur plus jeune âge en leur refilant des gadgets qui les coupent de leurs véritables aptitudes à ressentir et à penser…

      1. Disons que l’intérêt objectif de toute entreprise, aussi honnête soit-elle, est de survivre en vendant ce qu’elle produit. Alors tant que le système du commerce perdure tel qu’il est, il n’y a guère que les volontés individuelles qui peuvent changer quelque-chose.

  9. bonjour, sur les sous-titrages en français de gregg braden on souffre vraiment des multiples fautes d’orthographe. je suis prête à vous aider si besoin est, merci pour le reste.

  10. Quel manque de rigueur : vous rendez-vous compte que ce que vous appelez des « expériences scientifiques reproductibles » n’en sont pas ?
    La preuve en image : https://www.youtube.com/watch?v=uoNmd5E0_gw (en anglais, malheureusement)
    Vous avez le droit de croire ce que vous voulez, pas de faire croire que vos croyances sont réellement fondées – car cela s’appelle de la malhonnêteté intellectuelle.
    Si la communauté scientifique refuse ces théories non pas parce qu’elles sont extraordinaires, mais parce que les expériences menées pour les prouver ne respectent pas les protocoles de la méthode scientifique – seule capable d’éliminer les diverses erreurs cognitives. Braden a le droit de croire ce qu’il veut et de partager ses croyances, mais utiliser de la pseudo-science en prétendant qu’il s’agit de science c’est carrément malhonnête.

    1. Votre commentaire (et la vidéo en lien) illustrent ce qui empêche une évolution, un élévation de nos connaissances du monde vivant et de l’humain. S’attacher à des croyances (justement) et en refuser d’autres. Il est clair qu’il ne faut jamais croire tout ce qui nous passe sous les yeux. Mais parfois ce refus d’acquérir une nouvelle croyance est une résistance de l’ego, pas du sens commun de vérité. Il est courant pour le mental humain de s’identifier à ce qu’il croit, donc il défend ses croyances face aux nouvelles, même si elles sont plus proches de ce qui Est.
      Les protocoles sont un peu comme les lois scientifiques établies à un certain moment et acceptées comme décrivant au plus juste la réalité. Quand de nouvelles observations viennent perturber ces lois établies, beaucoup les refusent, prétextant qu’elles sont en opposition aux lois.
      Mais si tout est croyance de ce qui est vrai ou pas, libre à vous aussi de ne pas croire. Le fait est que quand on observe comment fonctionne le monde et l’humain sous l’angle proposé par Braden et autres observateurs « non-conformes », on arrive à expliquer ce que la science « conforme » n’explique pas. Je ne sais pas qu’est-ce qui est vrai, mais quand une façon d’observer le monde le décrit au mieux, c’est que cette méthode est bonne.

    2. Jue, Je ne connais pas Gregg Braden, mais la manière dont j’ai lu cet article, j’en retire que ce n’est pas lui qui est à l’initiative des expériences qui sont menés sur l’ADN. Néanmoins, Il est possible que ce monsieur soit l’initiateur de quelques expériences qui se recoupent avec les domaines qu’il nous présente et qu’il théorise dessus…bref, je l’ignore.
      Par contre, les expériences menées par les gens cités dans l’article, intrigue la communauté scientifique, à ma connaissance le dernier français en date, à s’être plongé sur la question est luc montagnier (Institut pasteur) qui a repris l’expérience de « l’ADN fantôme » et à poussé encore plus loin le bouchon pour ceux qui prétendait que l’expérience était non reproductible. Luc a sorti un papier disponible sur internet qui est encore épluché par tout le monde, si tu souhaites connaitre le protocole, tout y est décrit. En dehors de cette expérience mais tout en restant sur le domaine énergétique de la biologie, je connais quelques membres du CNRS et d’autres instituts qui s’investissent dans la reproductibilité de ces expériences pour les tester (‘communication cellulaire par signaux électromagnétiques’ et ‘influence émotionnelle et épigénétique’).
      J’entrerais bien aussi volontiers dans le débat des croyances…bon nombre, de piste et découverte ont été faites avec un mental au repos. Parfois, ce sont même des erreurs de calculs ou de protocole qui ont permis des découvertes. En fait, en rentrant dans le détail des découvertes de toutes choses, rares sont celles qui émergent d’une activité intellectuelle intense. Celle-ci se retrouve très utile dans la rigueur de démonstration mais rarement dans l’émergence de l’idée en elle-même. Les neurosciences sont assez familier de ce phénomène et la plupart des entreprises qui ont le vent en poupe (google, apple etc) ont même organisé leurs structures de travaille pour favoriser ces moments « hors mental ». Tesla a raconté plusieurs fois comment lui sont venus ces idées et il en est arrivé à la conclusion (sûrement folle d’ailleurs) que dans ces éclairs de découvertes son cerveau devait être dans un état particulier de conscience qui lui permettait d’avoir accès à « un champ d’information ». Einstein a repris cette idée en la développant un peu plus et bien d’autre encore….Personnellement, je pense les états de conscience modifié nous permettent d’accéder à des informations qui peuvent nous être utile dans le processus de créativité. Mais il je ne déclare rien de nouveau puisque les neurosciences mettent en avant les avantages des séances de relaxation (quand j’évoque ça, je ne peux m’empêcher de penser à « kékulé ») pour augmenter notre créativité. C’est d’ailleurs l’objet de nombreux programmes d’éducation « nouveaux » qui délaisse la stimulation logique, d’apprentissage comme un robot pour favoriser d’autres schémas d’apprentissage qui permettrait d’avoir des humains créatifs. En effet, il est absurde de modeler des enfants selon des apprentissages de pensées linéaires, alors qu’à l’âge adulte ont leurs demande de trouver des idées innovantes pour le marché….

  11. Lisez Krishnamurti – un véritable sage et non un pseudo-scientifique comme M.Braden, réputé pour son manque de rigueur y compris sur les questions spirituelles (http://www.energygrid.com/spirit/guide/gregg-braden.html) – et vous verrez les choses d’un autre oeil.

    « Je ne sais pas qu’est-ce qui est vrai, mais quand une façon d’observer le monde le décrit au mieux, c’est que cette méthode est bonne »
    Vous trouvez que des résultats contradictoires ou des résultats bricolés décrivent au mieux le monde ? Une grande partie expériences que vous mentionnez et que Braden mentionne, n’ont pas été réalisées en double aveugle, ni en respectant le principe du rasoir d’Okham. Merci au passage de me servir cette parade hyper prévisible de « évidemment, ça défrise votre entendement, donc… »

    Une méthode qui ne veut que valider une croyance sans chercher également ce qui pourrait l’invalider n’est pas une bonne méthode car elle s’appuie sur le biais de confirmation. Un bon scientifique ne cherche pas à confirmer une hypothèse, il cherche avant tout à vérifier qu’il ne peut pas l’infirmer (principe de reproductibilité).
    Nous avons développé et affinés au cours des millénaires des méthodes pour réduire les biais et l’impact de l’ego – la méthode scientifique – justement pour éviter ce que vous décrivez vous-même.
    Donc, je ne dis pas que Braden a tort, il est peut-être bien sur quelque chose (et je suis d’accord avec vous : c’est en cherchant au-delà du connu que l’on découvre de nouvelles choses), mais il utilise des méthodes pseudo-scientifiques qui aboutissent le plus souvent à des erreurs ou de l’obscurantisme et non des connaissances.

    1. J’ai lu (et lis encore) Krishnamurti et sa vison est pour moi compatible avec celle de Braden. Ce sont deux accès et deux cultures différentes mais le fond reste pour moi le même.

      1. Je ne connais que de nom, mais beaucoup le citent. Les grandes vérités sont simples et universelles. On y accède par différents moyens. L’important est d’y parvenir.

  12. Ce n’est pas la question. Le problème ici, c’est l’honnêteté intellectuelle. Quelqu’un qui croit savoir n’en reste pas moins un ignorant. La connaissance – qui n’est jamais totalement acquise par ailleurs – ne s’obtient pas « comme par magie », par la méditation, l’intuition ou que sais-je encore (même si cela peut quelque fois nous guider vers elle), mais par un travail de fond exigeant et rigoureux nécessitant une discipline exemplaire et drastique (et ça commence par être parfaitement documenté et savant sur ce qui a déjà été établi, plutôt que de faire de l’à peu près au gré de ses croyances).
    Après, chacun croit ce qu’il veut, ou plutôt ce qu’il a besoin de croire – après tout nous ignorons énormément de choses et nous ne connaîtrons jamais tout. Ça laisse une marge quasi-infinie pour notre imagination.

    1. – Avez-vous envisagé que ce que vous dites est aussi une croyance? Ou le fruit d’une croyance? Quand on dit « chacun croit ce qu’il veut », cela s’applique-t-il aussi à vous, ou pas? L’ego refuse le changement et n’arrive tout simplement pas à changer (et à concevoir le changement) de ce qui le fait vivre.
      – Au sujet de l’inspiration, là j’affirme que vous vous trompez. Le mental n’est pas le seul moyen d’obtenir des informations ou de découvrir des vérités. En tant qu’artiste, les images qui me viennent en tête ne sont pas le fruit d’un processus conscient, et elles contiennent toujours un sens qui m’éclairent sur ma réalité. Certains disent qu’Einstein a pondu ses théories dans des instants où il ne pensait pas.
      – Il est clair que si vous êtes persuadé que seul la « filière » de la logique mentale (sous-entendu « analytique », rigoureux) est valide pour expliquer notre monde, vous n’allez jamais accepter des connaissances qui heurtent cette logique. Car je pense que l’humain n’est pas que mental (le mental est le siège de l’ego, qui est limitant), qu’une part de lui est plus vaste et sort du domaine de compréhension de celui-ci.
      Voilà pourquoi on ne se mettra pas d’accord sur ce sujet, cet échange en restera donc là. Bonne continuation à vous tout de même.

    2. Krishnamurti n’a pas acquis sa connaissance et sa sagesse par la science mais bien par « la méditation et l’intuition ». Jue, il y a quelques contradictions dans vos propos…

      1. Possible, je ne suis pas écrivain et parfois, ma cervelle s’emmêle les mots. Si vous avez un exemple, je corrigerai.

  13. Chere E10,

    Ce qui est assez extraordinaire c’est que ce que vous exprimez est entierement bouddhiste et somme toute assez juste. Il y a deux facons de connaitre le monde et l’univers, la premiere est de se servir de ses sens, ses yeux, ses oreilles etc.. et son cerveau et d’apprendre tout ce que l’on peut dans le temps. Des milliers de vies nous seraient alors necessaires, la deuxieme comme le propose la meditation et la science aboutie consiste a retrouver le point zero de la pensee pour que se revele alors l’Absolue Realite. Notre ego nous affirme que tout cela n’est que niaiserie pour mieux garder le controle sur les aveugles que nous sommes mais seul celui qui reussit une fois dans sa vie d’arreter sa pensee, sait.
    Il y a des milliers de chemins vers La Source mais il n’y a qu’Une Source. Le tout est d’apprendre a reconnaitre si l’on s’en approche ou si l’on s’en eloigne. Dans votre cas c’est proche, tres proche…bon courage et bonne route.

    1. Ego: il se nourrit de division, donc ne peut pas accepter une vérité transcendante qui est commune à tous et toutes.
      Proche de la Source: je ne pense pas que l’on s’en approche comme d’un lieu dans l’espace. On se libère de ce qui est superflu et laisse le champ nécessaire pour cette source comme vous dites de transparaître en ce monde à travers nous. Prendre votre compliment au premier degré serait le fruit de l’ego justement. En somme, comme dit le dicton: « Sans cesse remettre l’ouvrage sur le métier ».

  14. Intéressant ,tout d’abord ,ce que dit ,G .Braden , ensuite l’expérience de l’adn , qui finalement peut confirmer les dires ,de gens ordinaires ,que la communication a distance existe( ou peut )exister ,par les réves ,éveillés ou pas , télépathie ,relaxation profonde qui peut permettre a ce que l’on appel la dé corporation ,voyage interieur ,voyage dans tout ce qui est ,galaxie ,univers, je dois en oublié, en autre ce que l’on appel « vies antérieure » ,tout en sachant que l’espace temps existe que dans cette dimension ! j’ai rencontré des personnes avec lesquelles …vécues a des époques différentes ,vous dire que nous avons etés , Charlemagne ,Hitler oh p…! ça a bien dut arrivé a un de nous ! Ou Jeanne D’Arc, mendiant ,cela ne reste que expériences!!! De voir l’invisible , a des degrés ,qui restes les notres ,les énergies que vous nommées, a lire , » Itzhak Benthov » Univers vibratoire et conscience! De très bon schéma .Développés égale..les phénomènes de voyances ,passé ,futur entre 24h et 18mois! aussi magnétisme ,un peut sous toutes ses formes ,prendre conscience de l’énergie de l’autre ,de ce qui le concerne, aussi et surtout d’un exellent exercice ,celui du face a face ,exercice du regard ,qui permette d’acceder a des état de conscience modifié,faire monter l’energie qui est en soi ,que l’on peut aider a faire monter , selon nos capacités, ça a surtout comme effet de modifier notre vision (concept) ,j appel cela de l’état de conscience modifié ,je précise que la personne qui est en demande (et elle en a pour son argent hihihi), vois ,des visages apparaitre, connu ou pas ,des époques différentes , attention parfois et bien souvent ,c’ fort ,mais toujours intéressant ,nous développés ce qui est latent .La 1ere fois que je l’ai fais avec une amie clairvoyante (mes début) devant moi, elle était transparente ,comme du cristal lumineuse de l’interieur ! Quel émotion ..! Puis ce fut mon tour..!!! Quand j’ai pris conscience de mon potentiel, entouré de gens ,on peut dire ,avancés ..! L’etre éveillé amene les choses a etre ..!!! L’etre non éveillé despend de son environnement..!!! Bien a Vous !!! Ceci est mon experience que je cite afin de dire que oui tout est possible et que cela existe bien ,que j’ai recontré des gens ,bien avancés , chaque chose en son temps ! Ils n’ont pas envie de discussions stériles ,aujourd’hui ,je comprend avec 27 années de chemins ,le vécu ,Oui j’écoute ,je lis , comme là , tout est un éternel recommencement ! Du bla bla ,comme là! Mais les évenements ne peuvent qu’avancés a leurs rythmes ..et pourtant dans l’absolu , » Tout est déjà réalisé …!!!

  15. Je trouve très enrichissant de lire les commentaires de tous, dans le respect de chaque opinion car tout n’est que perception et apprentissage en ce monde illusoire. Personnellement, je crois depuis longtemps que tout est interconnecté, donc par le fait même, il y a une forte possibilité que chaque vibration influence le tout, comme la physique quantique le prouve aujourd’hui. Je vie, depuis quelques années, en suivant les précepts bouddhiste, qui rejoignent cette conception de notre dimension. Par expérience personnel, et non par apprentissage intellectuel, je fais moi-même l’expérience d’un état d’être 100 fois améliorés grâce à la méditation quotidienne, je n’ai donc pas besoins de « rigueur scientifique » pour me convaincre, j’en fait l’expérience chaque jour. Cela m’a un peu fait sourire lorsque Jue, vous avez pris comme exemple maître Krishnamutri comme vrai sage, car son message va beaucoup plus dans la même direction de M. Braden que de votre perception plus « rigoureuse scientifiquement ». « la Vérité est un pays sans chemin. Aucune organisation, aucune foi, nul dogme, prêtre ou rituel, nulle connaissance philosophique ou technique de psychologie ne peuvent y conduire l’homme. Il lui faut la trouver dans le miroir de la relation, par la compréhension du contenu de son propre esprit, par l’observation et non par l’analyse intellectuelle ou la dissection introspective. » Krishnamutri
    bonheur à vous tous.

  16. Bonjour
    Je suis tombé « par hasard » sur cet ensemble d’échanges.
    Il y a longtemps que je cherche un socle solide pour me poser.
    Je n’ai toujours pas trouvé, mais je sais que ma recherche aboutira à condition que je me débarrasse de toute forme d’adhésion à n’importe quelle théorie, scientifique, philosophique, ou autre.
    Je dois abandonner l’idée que par ma seule réflexion ou méditation, je construirai ce socle.
    Je ne pourrai jamais me soulever de terre en tirant moi-même sur le col de ma chemise.
    Je dois compter sur à quelque chose d’exterieur, quelque chose d’inaccessible à mon entendement, mais pourtant capable de produire en moi un changement.
    L’idée que tout est connecté , inter-dépendant (je resume volontairement), me semble évidente; le caillou, l’oiseau, les galaxies, sont des manifestations différentes d’une même énergie et sont constitués des mêmes particules.
    Si vous regardez un feu d’artifice, l’invisible fusée de départ se transforme en une gerbe de multiples couleurs et de formes différentes.
    Le rationalisme comme support de recherche est necessaire, mais pas du tout suffisant.
    On parle de photons, de champs magnetiques, etc…mais n’oublions pas que ce sont là des entités crées par notre esprit pour rendre compte des phénomènes que nous pouvons constater autour de nous.
    Elles n’ont valeur que pour nous , terriens.
    Je ne peux adhérer au rationalisme de la « Science officielle »,comme moyen de connaissance véritable, mais je dois y adhérer comme outil de classification et d’amélioration de mes connaissances directement perceptibles.
    D’un autre côté, je ne peux adherer à n’importe quelle élucubration sous pretexte que tout est envisageable et que la Verité ultime est inconnaissable.
    Ma seule solution est d’accepter et d’integrer le fait que je ne peux rien affirmer et que je ne peux qu’avoir la certitude de ne pas être « Rien » (je pense donc je suis).
    Et d’attendre que la lumière se fasse toute seule, en l’aidant à rentrer en moi à force d’honnêteté.
    C’est ce que je m’emploie à faire.
    Je précise que je suis de formation scientifique.

    1. Merci.
      Attention à la phrase de Descartes: « Je pense donc je suis » car elle voudrait dire que si l’on arrête de penser, on arrête d’être. Ce qui est le contraire de la réalité: c’est justement en cessant de penser (mental) que l’on commence à être (instinct, ou Ètre). La pensée est un processus rationnel, l’instinct émerge ou se fait entendre seulement quand le mental s’est tu.
      Pour lire sur le sujet de l’être et l’instant présent, lire Eckhart Tolle « Le pouvoir du moment présent ».

      1. Pour moi, « je pense , donc je suis » veut dire: « Je pense , donc je suis forcement quelque chose, je ne peux être « rien ».
        Et je peux être quelque chose même si je ne pense pas; dans ces moments, je suis seulement un penseur potentiel.

    2. Il me semble que la posture « juste », celle qui permet de se sentir en équilibre, de sen sentir « au bon endroit » est celle qui se résume ainsi: « Je suis rien et je suis tout ».
      « Ne ne suis rien » par rapport à l’immensité du monde (planète, galaxies) mais « je suis tout » car j’ai en moi les même particules, la même énergie qui compose les planètes et les galaxies.
      Cette posture qualifiée de « paradoxale » par le mental qui ne survit qu’en étiquetant les choses, n’est peut-être que normale dans le fonctionnement de la Vie.

  17. Bjr , allant dans le sens de l’ interrogation de Josée, le témoignage de cette femme dont on avait parlé il y a quelques années :

    L’actrice Charlotte Valandrey livre l’incroyable expérience de sa greffe du cœur : elle vit, dit-elle, avec le mari de celle qui a donné son cœur, et ressent souvenirs et sensations de la donneuse.
    Charlotte Valandrey ne saura jamais si elle vit avec l’ex-mari de sa donneuse d’organe
    Charlotte Valandrey ne saura jamais si elle vit avec l’ex-mari de sa donneuse d’organe SIPA/BENAROCH
    Ce n’était qu’une adolescente lorsque le grand public la découvre dans le film Rouge Baiser en 1985, puis dans la série phare de TF1 Les Cordier, juge et flic, en 1991. A cette époque, Charlotte Valandrey sait déjà qu’elle est séropositive. Elle attendra 2005 pour révéler avec beaucoup de sensibilité sa maladie au grand public, dans le livre L’amour est dans le sang. Une franchise qui ne l’a pas quittée. L’artiste, âgée de 42 ans, revient aujourd’hui avec un nouveau livre, De cœur inconnu, dans lequel elle raconte une histoire hors du commun, après sa greffe du cœur en 2003.
    Quelque temps après l’annonce public de sa séropositivité, elle reçoit une lettre anonyme. « Je connais le cœur qui bat en vous, je l’aimais. » L’homme qui écrit ces mots lui affirme que son épouse est morte dans un accident de voiture la nuit où Charlotte Valandrey a reçu une greffe du cœur. A partir de ce jour, la comédienne en est persuadée, elle porte le cœur de cette femme, décédée place de la Nation, à Paris. Elle reçoit deux autres lettres anonymes, puis plus rien. Au printemps 2007, un inconnu l’aborde au théâtre où elle joue La Mémoire de l’eau. « Il s’appelle Yann, se dit divorcé. Nous tombons amoureux. Tout se passe très bien jusqu’au jour où, me trouvant seule chez lui, j’ouvre son secrétaire. Là, je tombe sur un dossier, avec un certificat de décès de l’hôpital où j’avais été greffée et un article de journal mentionnant l’accident de la place de la Nation ; je comprends alors que Yann est le mari de la jeune femme morte ce soir-là », confie-t-elle à L’Express.
    Charlotte Valandrey ne saura jamais si elle vit avec l’ex-mari de sa donneuse d’organe. La loi de bioéthique de 2004 interdit à tout greffé de connaître l’identité de son donneur. Cela ne l’empêche pas d’en être convaincue. Son histoire prend une dimension encore plus extraordinaire lorsqu’elle explique son changement de personnalité depuis sa greffe. « Moi qui n’aimais pas du tout le vin, je me suis mise à en déguster avec plaisir, idem avec le baba au rhum ou la tarte au citron. […] Puis je suis partie en Inde, où je n’avais jamais mis les pieds. Là-bas, j’ai éprouvé des sensations de déjà-vu intenses. En visitant le Taj-Mahal, j’ai eu la certitude d’être déjà venue là avec quelqu’un. » Ces sentiments seraient rattachés selon elle à un phénomène appelé la mémoire cellulaire. L’actrice avance une théorie incroyable selon laquelle lorsqu’un cœur est transplanté d’un corps à un autre, il transmettrait des « informations stockées dans des cellules, concernant notamment les particularités de notre personnalité, ou le souvenir d’un choc ».
    Des sensations qui laissent la communauté médicale perplexe. « Les cellules ont une mémoire de ce qui s’est passé. En revanche, il n’y a aucune démonstration scientifique pour appuyer ce qu’elle dit ressentir. Les gens changent vraiment après une greffe, mais cela est dû à la modification fantastique du mode de vie du patient, qui revit véritablement », explique le Pr Gérard Helft, cardiologue à la Pitié-Salpêtrière. « Au niveau cardiaque, j’ai du mal à interpréter comment un organe qui n’a aucun rôle sur les goûts et les sensations pourrait en transmettre à quelqu’un. Le cœur n’est pas qu’une pompe, c’est aussi une glande qui sécrète des protéines, mais celles-ci ne contiennent comme information que le diamètre des vaisseaux ou la fréquence cardiaque », indique quant à lui le Pr François Carré.
    Même son de cloche chez des greffés cardiaques. « On a tous une modification du comportement après la greffe, mais qui est due d’abord au traitement médical lourd, qui influence notre humeur, et au fait que l’on ait tous frôlé la mort. Cela nivelle les valeurs », explique Michel Stragier, président d’une association de greffés cardiaques et lui-même greffé. Claire Macabiau, présidente d’une autre association, affirme quant à elle que sa greffe n’a rien changé. « Pour moi c’est un muscle qui n’a pas de rapport avec les sensations. L’imaginaire en revanche peut faire beaucoup de choses… »
    Alexandra Gonzalez

    1. La dernière phrase « L’imaginaire en revanche peut faire beaucoup de choses…  » sonne comme le couperet de la guillotine.
      Même si tout ceci n’était qu’imaginaire, les changements sont observables, vécus par des gens qui ne tiennent pas particulièrement à y croire. C’est un peu comme le placebo: ce n’est rien mais ça marche. Donc l’important n’est pas ce qui fonctionne? Et si ça fonctionne, cela veut dire que ce qu’on croit n’être rien ne l’est pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s