Les films du moment

Posted on 10 février 2011

0


Salut les gens.

Vite fait, un tour des films qui méritent le détour. Il y en a pour tous les goûts.

AU-DELÀ (Hereafter)
de Clint Eastwood, avec Matt Damon, Cécile DeFrance. (Sur IMDB)
Du pur Eastwood, tranquille, lent, s’attachant à  ses personnages. Mais avec une différence de taille: l’absence de méchanceté. Pas de gangs armés, pas de flingues, pas de vengeance. Des accidents certes, mais ils font partie de la vie et façonnent nos chemins. Même dans Sur la Route de Madison, son chef d’œuvre romantique, l’amour des deux protagonistes est d’entrée voué à ne pas durer. Ici, nous observons des individus, face à l’adversité, allant de l’avant et trouvant leur solutions. L’après-vie du titre n’est qu’un décor à trois histoires simples. Ce qui a sûrement déçu les personnes qui attendaient l’intensité émotionnelle d’un Million Dollar Baby ou d’un Gran Torino. Il nous donne à voir la simple beauté de nos vies. Roger Ebert écrit: « C’est le film d’un homme en paix. » La paix est aussi belle à voir au cinéma, qui se gave souvent de drames et de douleur.

BLACK SWAN
de Darren Aronofsky, avec Natalie Portman (photo), Vincent Cassel
. (Premiere.fr)
Magnifique, trouble, étrange. Natalie Portman sublime, intense, fragile. Ce soir, après la séance, plusieurs spectateurs sont venus me dire « C’est impressionnant ». Une danseuse qui rêve de perfection s’identifie à son rôle au point de fausser sa réalité. Certaines scènes sont dignes des meilleurs films d’épouvante, sans y tomber, car nous savons que tout n’est  pas réel. Avec une des plus talentueuses actrices de notre temps et par un des cinéastes des plus originaux du moment.  Papier de Roger Ebert, et un de Rémy Dewarrat.

 

LE DISCOURS D’UN ROI (The King’s Speech)
de Tom Hooper, avec Colin Firth, Geoffrey Rush (photo) et Helena Bonham Carter
(Actu-film.com)
Primordial: le voir en version originale. Même si devez lire les sous-titres à vous écorner les yeux. Sinon vous allez passer à côté de l’essentiel. Le jeu vocal des acteurs, les accents, l’essence de ce qui fait l’Anglais passe ici par la voix. Quoi de plus logique dans un film sur George VI, le roi, le bè gue, qui va rencontrer un personnage étonnant et original, un guide, un ami. Par la suite, le roi incarna la résistance anglaise lors de la seconde guerre mondiale, par sa voix et ses discours radiophoniques. Un film qui n’a l’air de rien mais qui renferme des perles de dialogues, de justesse et d’humour d’une finesse infinie. Avec trois acteurs absolument impeccables.

TRON, L’HERITAGE (Tron Legacy)
de Joseph KOSINSKI, avec Jeff Bridges. (Clap.ch)
Un grand travail a été réalisé sur le visuel et la musique (Daft Punk), ce qui rend ce film aussi unique que le Tron de 1982. Pour le reste, les avis sont partagés. Pour ma part, pas encore vu.

Posted in: Cinéma