« Celle qui cherche »

Celle qui cherche le plaisir à tout prix
est comme une mendiante de l’amour,
en quête viscérale, répétée sans cesse,
de ce que l’homme peut lui donner.

Mendiante ingrate qui mange à tous les râteliers,
qui s’offre à tous les hommes qui se présentent à son lit.

Ainsi, telle une toxicomane,
la femme-feu mange, dévore et se consume
dans de multiples échanges charnels,
au gré de ses désirs,
changeants comme le vent,
imprévisibles comme la pluie.

_

Edward Hitten, le 8 juin 2012

_

Publicités
Be the first to start a conversation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :