Salut les gens.

nomades_sedent_js_84_n

La personne qui a écrit ça (en plus d’être issue d’une pensée nomade mondialiste), confond racines et cycles de renouvellement. Je pense que sa pensée est dirigée pour correspondre à sa propre vision du monde.
Nous avons des racines profondes tout en pouvant enrichir ce que nous sommes, mais nos racines sont implémentées en nous. Un arbre reste enraciné mais change ses feuilles, grandit sans cesse. Il reste sur place mais il n’est pas figé. De même qu’on conserve les traits qui nous ont forgé dans notre jeunesse même si on habite des années dans une culture que l’on a adopté à l’âge adulte. Il y a des parties en nous qui ne changent pas et d’autres qui changent.
Dire que nous changeons de racines serait comme de dire que nous effaçons notre passé, que nos parents ne le sont plus, que nous changeons de nom, de nationalité et d’ethnie.

C’est la même confusion que de dire que l’être humain est nomade. Le nomadisme n’est pas la nature de l’être humain, (à part quelques exceptions minoritaires). Dans sa grande majorité, il est un sédentaire explorateur. Il reste sur place pour semer et récolter, élever le bétail, construire ses maisons. Les nomades sont par nature des prédateurs qui se nourrissent au dépend des sédentaires.  La nuance est importante car d’opposer le statique et le mouvement, c’est simplifier la vie sur terre à deux oppositions noit/blanc, nous/eux. Alors que nous sommes en même temps l’un et l’autre, l’un étant prédominant.

«Les pays sont des hôtels» a dit un certain Jacques Attali. Quand on voit les noms des deux personnes qui ont écrit ce texte, on comprend pourquoi ils ont une vision mondialiste et nomade de notre planète.

Publicités