Salut les gens.

Insomnie aidant, je viens de terminer le livre « Le héros aux mille et un visages » de Joseph Campbell. Cet écrivain qui a beaucoup cherché et voyagé a recueilli et a écrit une synthèse de tous les mythes et contes du monde entier. Ce livre est un document de référence pour les écrivains et scénaristes car il contient le canevas pour toute histoire possible.
Certains, notamment ceux qui ne l’ont pas lu, croient que c’est une méthode rigide pour pondre des hostoires sur mesure et c’est faux. Il y a certainement une trame générale que l’on retrouve dans toutes les histoires du monde, mais elle assez souple et riche pour offrir une foule de possibilités et ainsi pour être interprétée à volonté. Campbell décrit un cycle qui peut se résumer très suscintement ainsi:

  1. Quotidien et appel à l’aventure
  2. Le guide (que le héros rencontre sur sa route)
  3. Les épreuves
  4. Les guides
  5. La fuite ou l’échappée
  6. L’élixir que le héros ramène avec lui pour transformer (lui ou les autres)

Pour bien comprendre ce cycle, il faut évidemment lire le livre.

herosmillunvisagesParfois long quand il nous déballe une tonne d’extraits de mythes anciens de tous continents mais passionnant et infiniment enrichissant quant à la condition humaine et des mystères de la vie. L’épiloque titré « Le mythe et la société », reflet de tout le livre et réflexion sur la place du mythe à notre époque (livre écrit en 1950 mais toujours d’actualité) est une perle. Chaque phrase sous la très belle plume de Campbell pèse une tonne. J’en ai surligné la totalité. Chaque mot est chargé de sens, rendant la lecture une suite ininterrompue d’ampoules qui s’allument dans la cervelle (allégorie d’Edison, haha, enfin de Tesla plutôt car Edison a commercialisé l’invension de Telsa, mais c’est une autre histoire).

Extraits:
– « L’exploit du héros moderne, c’est de tenter de ramener à la lumière cette Atlantide perdue qu’est notre âme réunie. »
– « Pour celui qui est centré au moyeu de la roue, le problème de l’altruisme ou de l’égoïsme disparaît. »
– « Il n’y plus de société semblable à celle que les Dieux soutenaient autrefois. Le groupe social n’est plus porteur d’un contenu religieux, c’est un organe politico-économique ».
– « Le problème de l’humanité est à l’exact opposé de celui qui se posait aux hommes au cours des périodes relativement stables de l’histoire et qu’ordonnaient ces grandes mythologies qui passent pour fables de nos jours. »

Joseph Campbell
ISBN : 2290069019
Éditeur : J’AI LU (23/10/2013)

Publicités