L’arrogance des médias-commerçants

Posted on 21 février 2016

0


Salut les gens.

Dans la série des médias qui oublient de faire du journalisme pour faire de la propagande afin d’assurer leur survie, le journal Le Temps est une perle.

Leur article partagé sur Facebook le 20 février 2015:

C’était tout à la fois un érudit et un conteur. Umberto Eco est décédé vendredi à l’âge de 84 ans. Cet intellectuel a toujours allié une curiosité exigeante et un goût populaire du romanesque. D’une immense curiosité, il n’hésitait pas à participer au débat public et à dispenser parfois ses coups de griffe, contre les réseaux sociaux par exemple.

La citation qui a fait bondir plus d’un internaute:

LeTemps_Eco-cit_n

Ce billet comptait 13 « likes » Facebook.
Tous les gens qui ont cliqué « j’aime » se rendent-ils comptent que Eco les insultent?

Nous sommes tous les imbéciles de Umberto Eco

Mon commentaire:
Voilà qui fait plaisir à la caste des journalistes qui prétendent nous apporter l’information.
Qu’ils n’oublient pas qu’un imbécile qui filme un événement et le partage en direct sur les réseaux sociaux est plus efficace que n’importe journaliste ou écrivain, fut-il un Nobel.
C’est aussi grâce à ces réseaux que nous bénéficions d’une information qui n’est pas soumise aux impératifs du monde du Marché.
Donc Eco comme tout le monde peut dire des âneries.
– Et que signifie « On les faisait taire tout de suite »? Un peu facho Eco? Le Temps rêve-t-il de faire taire les non-journalistes?

Voilà une façon indirecte qu’à Le Temps de se foutre de nous-autres les non-Nobel et les non-abilités à donner un avis. Ce commentaire repîqué de Eco est une insulte de la caste « de ceux qui ont le droit de porter l’information » à la face des autres, c’est-à-dire vous et moi. Des imbéciles il y en a partout. Mais

Quand un imbécile a une carte de journaliste, c’est tout un public qui est arrosé de sa bêtise

Mais je pense que le choix de cette citation reflète le sentiment de menace que doivent ressentir la caste des journalistes face aux possibilités que nous offre la technologie. Il faut un temps où l’on inventa l’imprimerie, offrant la possibilité à tout le monde de s’instruire. Ensuite internet offrit à tous la possibilité d’écrire. Et cela menace l’existence des professionnels de l’écriture. Donc au lieu de s’adapter et de trouver les moyens de survivre dans ce changement (ils existent), certains préfèrent diminuer la valeur des autres. Ici en utilisant l’écrit d’un tiers afin d’affirmer ce qu’il n’a pas le courage d’exprimer par lui-même.

Messieurs du Temps, ce n’est pas comme ça que vous aller assurer votre perennité.


Autre citation crasse de feu Eco: “Si Dieu existait, il serait une bibliothèque.”

On dirait que Eco était sacrément egocentrique. Et un rationaliste qui à défaut de pouvoir appréhender la nature de ce que l’on nomme Dieu, le cantonne dans ce qu’il connaît.
Heureusement que personne n’a écrit « Si Dieu existait, il serait un journal », Le Temps le placarderait dans toute la Suisse.

Article sur le site internet du Temps, écrit par Nicolas Dufour.


Quelques réactions d’internautes.
Seule une petite minorité a le droit à la parole, bien entendu

Umberto Eco méprisait les Autres

Un prix Nobel de physique peut Être un imbécile en matière de politique

Ce ne sont pas les personnes instruites qui ont les meilleurs choses à dire !!

Je ne sais pas à qui vous vous adressez mais votre sens de l argumentation et de la rhétorique me fait effectivement préférer les disputatio même au comptoir d’un bar si elles sont respectueuses des adversaires. Traiter d’imbécile et vouloir faire taire quelqu’un qui ne pense pas comme vous… c est la tolérance des gauchistes bobos depuis la révolution..

Ce n est pas le succès d’une oeuvre qui fait sa valeur historique ni sa véracité. « Mein Kampf » ,  » Das Kapital » sont des livres qui se sont bien vendus, ils n en restent pas moins nocifs.  » Le Nom de la rose » comme son auteur le disait est une oeuvre servant à régler des comptes perso avec l Église…au détriment de la vérité historique ou théologique. En général les oeuvres contemporaines sur le Moyen-Age ou la Xtienté ( Kingdom of Heavens, Da Vinci code) sont des impostures qui permettent aux foules incultes de détester encore plus leurs racines… et de continuer un peu plus la destruction de notre civilisation.

C’est faux et très décevant de sa part s’il a vraiment dit une chose pareille …en tous les cas 48 heures après sa mort je me demande s »il n’y avait ds toute son oeuvre ….pas mieux à relever !!!?

Quelle arrogance d insupportable intello. Il était (normalement) cultivé et d une étroitesse d esprit propre à tous les idéologues enfermés dans leur monde protégé.

Eco était un homme extrêmement méprisant envers ses lecteurs. Une fois, entre autre on lui faisait remarquer que ses livres étaient très populaires pour certains, que des gens les achetaient sans forcément toujours les comprendre, il avait ricané et dit : j’appelle cela l’impôt pour les cons  » …

Le problème c’est qu’une bonne partie de ces imbéciles cité par Uco … Sont journalistes !!!

Bof, elle est vraiment nulle cette citation. Un mec au bar n’est pas vraiment nuisible pour la collectivité. Par contre beaucoup de prétendus intellectuels le sont beaucoup plus.

Enfin, les légions d’imbéciles , cela peut être Les lecteurs d’Umberto Eco, du Temps, ou de bien d’autres choses. N’en déplaise à Umberto Eco, les réseaux sociaux sont aussi une source d’information, un espace de liberté d’expression, une possibilité de démocratie directe. Faut pas jeter obligatoirement le BB avec l’eau du bain…

La haine d’Eco envers l Église et sa malhonnêteté assumée dans « Le Nom de la Rose » sur le plan historique, le discrédite (comme San Brown) quant à sa pertinence pour juger qui aurait le droit de parler ou non dans un bar ou sur FB. Cette gauche est insupportable à vouloir toujours moraliser les débats et à mépriser les gzns du peuple. Si Bébert ou Madame Michu veulent s exprimer au bar ou sur la toile…ils en ont le droit !!! Ils ne méritent ni la guillotine ni le mépris et tant pis si les Bobos comme Eco sont horrifiés.