Schysophrénie de l’esprit de gauche

Posted on 11 février 2016

0


Salut les gens.
Court billet pour démontrer que chez l’être humain, les motivations humanitaires sont bien volages:

– Quand il s’agit de l’immigration dans notre pays (la Suisse), il faut refuser une loi inhumaine qui bafoue l’état de droit (mais votée démocratiquement) qui renverrait injustement les criminels étrangers.

– Quand il s’agit de la situation politique d’un pays étranger (la Syrie), il faut détruire par tous les moyens son président cruel (élu démocratiquement 2 fois) qui massacrerait son peuple (avec son armée de conscrits, c-à-d des citoyens qui donc tireraient sur les siens).

Résumé:
Il faut défendre le criminel qui abuse de notre accueil et condamner le président qui défend son pays.
On dit: « pauvre immigré » et on conspue ceux qui veulent que l’on respecte l’ordre élémentaire. On dit « dictateur » et on crache sur ceux qui veulent qu’on respecte un pays souverain.

Je ne sais pas vous mais je trouve que c’est un peu n’importe-quoi. Il fait choisir: soit on est très prudent et diplomate, soit on est juge et on tranche. Pourquoi changer d’attitude dans chacun des cas?
L’esprit humain a un point de référence qui saut du coq à l’âne à chaque instant. Plus une  mauvaise information. Merci les médias.