Les fondamentalismes ne sont pas toujours là où on le croit

Posted on 17 novembre 2015

0


Salut les gens.

Depuis ce week-end du 14 novembre, nous-autres francophones de Suisse savons ce qu’on vécu les Américains en 2001. Beaucoup de Français vivent et travaillent ici. Paris n’est pas loin.
Comme toujours, l’émotion prévaut, dans un premier temps. Ensuite les commentaires fusent, d’autres émotions explosent.
Comme dans toute situation, il y a le tangible et l’intangible. Il y a les valeurs, les sentiments, les idées, et il y a la réalité concrète, les situations, le sang, la réalité politique et sociale.

Par le mot valeurs je veux dire les valeurs essentielles, celles qui sont communes à tous. Il y en a. Tout être vivant fait tout ce qu’il peut pour le rester, cela implique des règles de vie qui se retrouvent partout et chez toutes les formes de vie. Il est clair que le mental peut produire son flot de pensées nuancées et variées mais elles ne sont pas des valeurs de référence.

Hors l’intangible et le tangible ne fonctionnent pas exactement sur le même mode. L’intangible est souvent pur et lumineux, ou sombre et terrifiant. Il est la Vérité que l’on dit ou pas. Il est n’est pas nuancé car impératif, instinctif, viscéral. Le tangible lui est infiniment plus complexe, il est nuancé. La réalité ne peut se réduire à bon ou mauvais. Occident ou Orient.
C’est cette confusion qui est souvent faite entre les valeurs et le réel. Si on essaie de comprendre le monde en voulant donner des nuances aux valeurs, on se retrouve avec le mensonge, la trahison et les malices. De même que si l’on essaie de jauger le monde avec une lecture manichéenne de celui-ci, nous avons les méchants et les gentils, les procès d’intentions, les jugements.

Les valeurs sont pures et leur manifestation dans ce monde est nuancée

Donc ne mélangez pas les règles: les valeurs sont pures et leur manifestation dans ce monde est nuancée. Nous devons toujours avoir cela à l’esprit face à toute situation.

Les intégrismes ne sont pas uniquement là où ils sont le plus visible

Partout et dans tous les domaines, certains jugent les perceptions des autres uniquement en regard de la leur. C’est cela qui nous mène à la ruine.
Certains jugent qu’il est légitime de…
Peu d’entre-eux remettent en question la validité de ce qu’ils croient.
Peu se demandent s’il ne vaut parfois pas mieux respecter les croyances des autres sans imposer la leur.
Peu se demandent si ce qu’ils pensent n’est pas un écran de fumée.
Peu examinent au-delà des émotions et des sensibilités personnelles pour découvrir ce qui est.
L’intégrisme c’est s’accrocher dur comme fer à ce que l’on croit et refuser que d’autres croient différemment.
Personne n’y échappe, religieux, laïcs, politiques, journalistes, tout le monde. Vous, moi.

Le philospohe Alain a écrit: « La vérité est qu’il ne faut jamais croire, il faut examiner, toujours. » Ceci est impératif afin d’éviter le durcissement des croyances, des idées. Certains veulent ou peuvent le faire. D’autres ne veulent pas, ou ne peuvent pas.

Les politiques qui ont dirigé des stratégies guerrières et malhonnêtes sur et en dehors de leur sol ont créé la situation actuelle. Enfermés dans leur logique de pouvoir, ils ne peuvent pas changer de stratégie, ils ne peuvent admettre qu’ils ont eu tort. Donc ils vont persister dans leur mensonge et pousser toujours plus loin leur jeu. Jusqu’à la mort ou la défaite.
« Un pouvoir stoppe quand on lui pose une limite ». C’est à nous autres citoyens de dire stop aux politiques. En principe, ils sont là pour  représenter le plus grand nombre d’entre-nous, en veillant qu’une minorité ne soit pas écrasée ou écrasante. Une solution pacifique dans une situation comme celle-ci est de révoquer les politiques qui ont trahi leur prérogatives. Manifester notre désaccord sur leur politique étrangère afin qu’il sentent le poids du nombre que les citoyens représentent.

prayer-action3_002

Car pour eux, la victoire n’est pas possible. On ne peut vaincre quand on joue contre la vérité. La Vérité est plus qu’une valeur, elle est une loi universelle, une de celles qui régissent l’univers. Sans vérité, ou sans recherche de vérité, l’humanité en nous s’écroule.

Pour illustrer ce propos, un article du 24H du 13.11.2015:
Manifestation religieuse devant le théâtre de Vidy
Lausanne. Une centaine de personnes s’est réunie ce vendredi soir pour dénoncer le caractère qu’ils jugent blasphématoire de la pièce programmée jusqu’à dimanche.

http://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/Manifestation-religieuse-devant-le-thetre-de-Vidy/story/27678812

Pour mettre en perspective la pièce citée dans l’article: imaginez que l’on affiche en grand le portrait de votre mère et qu’on y jette des excréments. Comment le prenez-vous? Transgression légitime d’une limite morale pour atteindre un but artistique? Si c’est OK pour vous, comprenez-vous que cela ne le soit pas pour d’autres? Voulez-vous respecter la sensibilité des autres? Ou l’art justifie-t-il qu’on s’attaque à tout, y-compris ce qui est sacré pour d’autres?

Les fondamentalismes (dans leur sens large) ne sont pas limités aux religions.

Une doctrine guide l’économie mondiale, des courants de pensées circulent et imposent leur loi. On croit que le mode de vie occidental est la référence, celui qui garanti notre épanouissement. Des gouvernements utilisent ce prétexte pour imposer soi-disant leur point de vue, mais aussi pour assurer leur survie. Tout ceci est une forme de fondamentalisme. Imposer sa façon de concevoir le monde.

C’est pourquoi il faut lâcher ses certitudes, elles ne sont qu’un boulet qui nous empêche d’être libres. Il faut les examiner sans y être tenu. L’absence ou le détachement de nos certitudes n’est pas un mal, ce n’est pas être vide ou une absence. C’est être ouvert et observant, plutôt que jugeant. Ce que nous sommes n’est pas dans nos opinions. Ce que nous sommes c’est être présent à soi-même, aux êtres vivants qui nous entourent et à la Vie.
Il n’y a rien de religieux là-dedans, juste une impression qui se confirme chaque fois que l’on lui laisse de la place, que quelque-chose nous porte et nous guide. Quelque-chose qui n’a pas de nom, qui n’a pas de forme, que l’on ne peut voir mais qui se manifeste partout quand on sait regarder.

Advertisements