Education sexuelle, pour ou contre

Posted on 19 mars 2015

0


Salut les gens.

Réaction à un petit article paru sur une page LinkedIn.

Education sexuelle, un droit de l’enfant – Le Temps

Collaboratrice scientifique et administrative chez Fondation Sarah Oberson « Sexe? Peut-être faudrait-il un autre mot. (…) «La sexualité enfantine est très différente de la sexualité adulte – alors pourquoi ne pas l’appeler différemment?» Pourquoi cet enseignement doit-il commencer dès le plus jeune âge? Une conférence internationale apportait des réponses, la semaine dernière à Lucerne.

_________________________________

«La sexualité est omniprésente dans le monde extérieur. Vous ne pouvez donc imaginer y soustraire totalement vos enfants.»

– Donc ce sont aux enfants à s’adapter aux dérives de notre société? Ne serait-il pas plus sage de maîtriser ces dérives en premier lieu? A vouloir s’attaquer aux conséquences seulement, on en crée d’autres qu’il faudra corriger et créer de nouvelles conséquences. La société de consommation ne doit pas dicter notre évolution, sinon l’humanité est menacée.

L’enfant doit vivre sa vie d’enfant et son intimité. Ce genre d’opération est très délicate, car arrivés à l’âge adulte, nous ne savons plus ce qu’est qu’être enfant. On peut leur apprendre à se respecter et surtout ne pas laisser quiconque intervenir dans leur vie intime, y-compris les parents ou un système éducatif. Pas trop tôt. Les dérives et conséquences sont trop dangereuses.

Recevoir au plus jeune âge des informations sur la sexualité (telles qu’elle est perçue par les adultes d’ailleurs), entraîne quelles conséquences? Il ne s’agit pas d’être pudibonds, mais il ne faut en aucun cas sombrer dans l’autre extrême.

Comment un enfant devient-il plus tard un violeur? Quels sont les événements, les croyances qu’il acquiert pour que cela arrive? Un enfant qui ne reçoit aucune éducation sexuelle, qui est entouré de parents aimants et qui lui donnent l’attention qu’il a besoin a peu de risques de développer des difficultés à gérer ses désirs et impulsions naturelles. Un violeur n’a certainement pas vécu une enfance idéale. Je pense que dans cette idée d’apporter à l’enfant une éducation sexuelle n’est pas le bon remède. Et parler de « droit » est encore une tournure d’esprit dangereuse. Seul l’esprit de l’adulte enfoncé dans la dualité bon/mauvais peut voir la réalité en droit et devoirs.

La vie est bien faite, elle s’organise toute seule. Il n’y a que l’esprit humain qui soit assez fou et inconscient pour croire qu’il peut apporter quelque-chose ou améliorer ce que les cycles naturels font depuis des millions d’années. La folie humaine nous met tous en péril en voulant intervenir là où les choses se font d’elles-mêmes Protéger un enfant va de soi quand on est parent. Quand un enfant a la chance de vivre sa vie d’enfant et ensuite devenir un adulte équilibré, il n’y a plus lieu « d’éduquer » les enfants. Les drames qui surviennent ne sont pas dû à un manque de quelque-chose. Ils sont dû quand nous oublions notre réelle nature.

«Nous avons une approche basée sur les droits: les droits sexuels sont désormais compris comme partie intégrante des droits humains.»

– Le « droit » est un concept dont la Vie n’a que faire. Le vivant ne fonctionne pas avec des droits. Agissant ainsi, on ne peut que créer des conséquences néfastes.

La Vie fonctionne selon ses propres règles, et je crois que c’est ça que l’ego humain ne peut pas accepter: ne pas être en contrôle. C’est ce qui crée toutes les violences du monde depuis des millénaires.