Sérieusement, êtes-vous Charlie?

Posted on 15 janvier 2015

3


Salut les gens.

Difficile de ne pas commenter sur cet événement. Une fois de plus, le visage hideux de la manipulation se cache derrière un drame. Ne pas marcher derrière la foule empathique qui scande « Je suis Charlie » ne veut pas dire que l’on ne ressent aucune empathie pour les victimes. Cela veut dire que quand un fait dramatique est doublé d’un fait immoral, certaines personnes ne peuvent pas faire comme si l’éléphant ne se trouve pas dans la pièce.
Je remarque qu’il est difficile pour certains d’accepter que l’on garde de la distance face à ce genre d’événement. Mais si les victimes de souffrances méritent notre attention, les réels coupables qui sont à l’origine de ces situations méritent qu’ils soient débusqués, et ils ne sont pas toujours ceux que l’on nous présente.

Des faits:
Le journal 20 minutes sur Twitter: 11h56: Tirs à l’arme automatique au siège du journal, et une minute plus tard, “Je suis Charlie” voit le jour! Rapide je trouve. Bien évidemment, à cette heure là, personne ne sait encore concrètement ce qu’il s’est passé et on parle de 10 morts mais Joachim Roncin lance déjà son slogan “Je suis Charlie”. Alors manipulation de masse ou coïncidence? Les faits parlent d’eux-même.

________________________________________________

Court texte repiqué tel-quel du compte facebook de Vincent Lapierre.

– Les Charlie, vous défilez pour défendre la liberté d’expression d’un journal d’extrême-droite exaltant chaque semaine la ligne néoconservatrice et guerrière de Bush. Vous le faites aux côtés de Netanyahu, assassin d’enfants à Gaza, de Sarkozy, responsable du chaos en Libye et de Hollande, sponsor des djihadistes en Syrie. Tous ont créé les conditions pour que ce qui est arrivé survienne. Comprenez-vous que nous ne soyons pas Charlie?

Ceux qui disent « être Charlie » n’ont pas pleinement conscience du contexte général dans lequel s’inscrivent ces attentats

Comme le dit moins diplomatiquement que moi Shlomo Sand, historien israélien, je crois que ceux qui disent « être Charlie » n’ont pas pleinement conscience du contexte général dans lequel s’inscrivent ces attentats. Car lorsque c’est le cas, on ne veut être ni Charlie, ni Kouachi, qui sont les deux faces d’une même pièce, celle du choc des civilisations et de la guerre. –
Il ne s’agit ici nullement de minimiser ou de nier l’empathie que tout le monde ressent à l’égard des victimes, mais de là à se voiler la face et ne pas tenir compte que ces sentiment masquent une réalité trouble, il y a un pas que l’on n’est pas obligé de franchir.

________________________________________________

Ci-dessous, long article sur l’excellent blog, Les Crises:
http://www.les-crises.fr/vous-etes-charlie/

________________________________________________

Ci-dessous, la vidéo qui montre la réalité de la situation: Koulibaly a les mains liées, son fusil-mitrailleur en bandoulière, fonçant vers la sortie et une mort certaine. Dans ces derniers instants de vie, il court vers les portes vitrées, son épaule heurtant un des montants, tombe sur le côté, en gardant constamment les deux mains liées, cela vous paraît-il normal?
Questions: pourquoi a-t-il les mains liées? Par qui a-t-il été attaché? Souvenez-vous, dans tous ces genres d’affaires, comme l’assassinat de JFK, la plus célèbre, un suspect est désigné et ensuite abattu. Pas de traces, pas d’aveux, la version officielle prévaut.

Avancez à 2:50 (rassurez-vous, on ne voit rien de sanglant)
http://www.youtube.com/watch?v=srFv6P5gVIo

En lisant les commentaires de ceux dont ce discours irrite me font penser à une chose:
Je crois que la plupart des gens s’accrochent à tout prix à leur sentiment d’empathie et refusent toute modération. Ils sont tellement persuadés de n’êtres que des créatures émotionnelles qu’ils le clament haut et fort et écartent et crachent au visage de ceux qui tentent de leur dire qu’il se cache quelque-chose de sale derrière tout ça. Ils ne veulent pas voir la réalité, ils veulent se conforter et s’affirmer dans leur bain de sentiments. Montrez-leur une injustice, spécialement si ils pourraient en être la victime un jour, et ils se manifestent tous ensemble tel un essaim d’abeilles. Et gare à qui les embête car ces bêtes-là piquent.