Gaz de schiste: encore une folie

Posted on 16 février 2014

0


(Article mis à jour l1 17 février 2014)

Salut les gens.

Les dangers de l’extraction du gaz naturel.
« Gasland ». Un documentaire de 1 h 40 (ici sur Agoravox) , nominé pour l’oscar 2011 de sa catégorie, sur la fracturation hydraulique,  méthode largement utilisée aux USA et qui consiste à injecter dans le sol à plusieurs centaines voire 4 kms sous terre, de l’eau sous haute pression forcant ainsi le gaz à sortir par un puits. Le problème est multiple. L’eau injectée est constituée d’une quantité hallucinante de produits toxiques: plus de 500 (!) Pour empêcher l’oxydation des tuyaux, des lubrifiants, des dissolvants, etc…
De l’eau qui s’enflamme.
Ensuite la pression casse littéralement les strates, mélangeant le gaz aux nappes phréatiques. En surface, l’eau fait des bulles, a une odeur de benzène et même s’enflamme. Quand on le voit dans le film, on en tombe de sa chaise. Les habitants proches des forages le montrent. Ils ouvrent le robinet, approchent un briquet et wouf, apparaît une flamme comme celle d’un réchaud (voir image ci-contre). Maladies, cancers, etc… Et ces forages ont cours dans des dizaines d’états américains. Polluant toutes les rivières avoisinantes. Poissons morts, oiseaux morts (cela me rappelle une actualité réçente), chats et mulets perdant leurs poils, animaux qui vomissent, recrudescence spectaculaire des tremblements de terre, etc…
En plus, tout ce bazar nécessite des millions de litres d’eau, des centaines de voyages en camion pour acheminer le matériel et tout ça sans régulation. Après que le documentariste ait enfin pu parler à un responsable, son département a vu son budget être réduit, avec 700 postes à la trappe. Au sein du gouvernement, des individus protègent leurs intérêts. La plus grande entreprise de forage est Halliburton, possession de Dick Cheney, ex-vice-président de W. Bush. On a tout compris. Quand les politiques sont aussi des hommes d’affaires, ont voit où cela va.
Sous l’administration Bush, des lois permettant de contourner les lois existantes sur la protection
de l’environnement ont été votées. Pour permettre ces forages en toute impunité. Quand ils recoivent des plaintes, ils demandent des preuves, les réfutent, achètent le silence des plaignants et leur font signer un accord de confidentialité. Comme dans le film « Révélations » de Michael Mann.

En bref, encore une énergie fossile qui ne demande qu’à rester là où elle est. Comme le pétrole, l’uranium et les autres. Ici en plus court, un sujet de la télévision canadienne.

Article dans le 20 Minutes.fr

Et je le lis à l’instant, aussi sur Agoravox, Sarkozy vient de céder, sans consultation,
1% du territoire français aux industries de l’énergie comme Total, pour forer et trouver du gaz de schiste avec cette méthode désastreuse qu’est la fracturation hydraulique. Et cela se passe près de chez nous.
Même la Suisse interdit par exemple cette méthode d’extraction, nos régions frontalières en pâtiront.

Ici un article de Rue89 à ce sujet.

Février 2014, un court film argumentant contre Gasland est partagé sur facebook, et voici une partie de l’échange:
– I. C. Tous ceux qui ont vu le film Gasland, devrait regarder ce film. Il faut faire attention lorsque l’on crie au loup avec le troupeau sans chercher si ce qui est dit est vrai…
– D.R. Mais comment se renseigner objectivement? Personnellement, j’aurais bien tout aussi confiance dans des « spécialistes » de l’industrie pétrolière que j’ai confiance en Monsanto.
– I. C. Il faut allez chercher des revues scientifiques et comparer. Le bon sens est aussi très utile.
Eddy Juillerat Il y a des revues scientifiques qui démontent les critiques de la version officielle du 11 sept. en émettant des suppositions vaseuses, donc cet argument ne me semble pas très probant.
– Eddy Juillerat Quand à ce court film, il n’existe que pour contredire Gasland et soutenir la fracturation hydraulique. Il est posté sur un compte Vimeo qui ne contient que 2 vidéos, celle-ci et une autre similaire et plus longue. Il a probablement été créé dans le seul but de contre-informer.
– Eddy Juillerat Une industrie survit grâce à ce qu’elle produit et elle fait tout ce qu’elle peut pour cela, y compris du marketing mensonger. Le bon sens est de se demander quels sont les intérêts de chaque partie. Entre une entreprise qui fonctionne au chiffre et des individus qui se soucient de leur santé, les intentions sont facile à deviner.
Si on doit tout apprendre sur un sujet avant de se faire une juste opinion, on perd un maximum de temps et on peut se laisser tromper par un bon argumentaire.

 

Advertisements