Fabriquer la contestation: La verité en Syrie

Posted on 31 mai 2013

1


Salut les gens.

Ci-dessous, un email envoyé à la RTS.

Bonjour.
Toute une frange de journalistes peu connus, peu relayés et parfois ignorés nous rapportent via internet des infos bien différentes des vôtres.
Ci-dessous un lien vers un documentaire de Lizzie Phelan (de la chaîne Russia Today qui s’est déjà illustrée pour ces infos plus nuancées sur la Syrie) et Mostafa Afzalzadeh – Octobre 2012.

Ma question est:
– quand on a suivi une formation de journaliste, doit-on obligatoirement repiquer les infos des quelques agences de presse?
– Si oui, si elles diffusent des informations incomplètes ou fausses, comment pouvez-vous le découvrir?
– Prenez-vous le temps de vérifier?

– Il y a-t-il une croyance commune aux gens de médias que seules les agences officielles apportent la vraie info vérifiée et véritable?
Dans ce documentaire, il est expliqué comment tout à commencé. Des tireurs inconnus, une rumeur, un hôpital monté à la hâte, des armes pour le défendre. S’en suit des commentaires qui reprennent aveuglément la rumeur et l’augmentent.
Aujourd’hui, on trouve des tonnes d’infos montrant que les « rebelles » sont des barbares sans foi ni loi.

La plupart des gens se contentent de ce qu’il entendent pour se faire une opinion définitive. Ils prennent la première information qui leur parvient et la gardent comme référence. Sans se demander si elle est fausse ou incomplète. Je pense qu’un journaliste est potentiellement comme tout humain. Si on lui a apprit à ne faire confience qu’aux agences de presse officielles, et que celles-ci, par ignorance ou par volonté diffusent de fausse informations, alors… la rumeur se répend comme une trainée de poudre.

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ECiZHvb6280

Advertisements