Cinéma: « Rango », l’animation au sommet

Posted on 15 mars 2011

0


Salut les gens.

Un film qui fait WOW dans la tête

J’en ressors il y a un instant. Ce film est exactement comme l’a décrit Ebert dans son article très élogieux. Un vrai film, qui procure des vraies sentations, comme quand elles sont jouées par des acteurs.
Les idées visuelles pleuvent comme par miracle (comment les personnages bougent dans le cadre, les mouvements de caméra lors des scènes d’action; cette lune immense qui s’élève sur le chemin du héros malheureux). Les dialogues sont brillants. Grâce j’en suis sûr à Johnny Depp qui double Rango (en anglais) et qui n’a pas son pareil pour inventer des personnages. Il faut savoir qu’en animation, les acteurs qui prêtent leur voix au personnages sont enregistrés et filmés avant leur animation. Ce qui permet aux animateurs de s’inspirer du jeu facial des acteurs. Le doublage français est très bon, comme souvent en animation.
Il y a des références à Eastwood et autres mythe du far-west, à Star Wars, Apocalypsw Now, Dirty Harry, Las Vegas Parano et d’autres. On rit, mais pas sans retenue. Les cinéastes n’ont pas voulu que l’on se plie la rate toutes les 5 secondes, et s’est tant mieux. On explose de plus belle quand apparaît un gag cartoonesque.
Le début est un peu déroutant, car habile pour nous présenter le personnage principal, un caméléon au cou tordu. S’en suit les mésaventures et rencontres qui font une histoire. Une tonne de personnages animaliers étranges et beaux. Le soin apporté aux détails est fascinant, nous avons affaire à un vrai travail d’artisan. On y trouve certes les ingrédients que l’on connaît: adversité, prise de risque, quiproquos en tous genres, danger, course-poursuite, entraide. Mais aussi une histoire symbolique de notre temps, avec les stratégies de domination, les traîtrises, les faiblesses humaines, l’empreinte écologique des sociétés humaines.

Au trois-quart de l’histoire, un changement de rythme change radicalement le ton. Sans paroles, un peu de musique, une atmosphère suspendue et Rango gagne une intensité et une profondeur surprenantes. A ce moment, on sait que l’on est face à une grande œuvre qui rayonne au-delà de la simple animation pour les familles. Ce changement amplifie et hausse le niveau du film jusqu’à la fin de l’histoire. On parle de l’humain, de ce qui nous lie, de ce qui nous fait rire et trembler. Toutes les qualités d’un grand film. Rango rejoint les meilleurs Pixar (jusqu’à Wall-E), c’est dire ses qualités.

Ce film est réellement somptueux, en tout points. Allez-y les yeux grands ouverts, et sur grand écran évidemment.

Site offciel, en anglais.

↓ Admirez le réalisme de ce paysage et la finesse des nuances dans le sol et le ciel:

↓ Rango, bien qu’il soit un caméléon, essaie de se fondre dans le paysage pour échapper à un prédateur. Tordant:

↓ La  fameuse scène qui élève le film vers une dimension humaine touchante:

↓ Un détail que je n’avais pas vu tout de suite: Rango, avant de se présenter devant le maire de la ville, est assis entre deux peintures dont les personnages pointent leur arme sur lui. Symbole de la menace qui plane sur son destin. Très fin.

Posted in: Cinéma